Ville de Montréal

Au programme ce soir : la consultation sur le partage des voies cyclables montréalaises

Partager une voie cyclable avec une voiture de Saint-Hubert? Pas question!

Le partage du réseau cyclable : avec qui et comment? C’est là le titre de l’invitation de la Commission sur le transport et les travaux publics de la Ville de Montréal lancée aux citoyens afin qu’ils s’expriment sur la question du partage du réseau cyclable montréalais. La séance d’information a lieu ce soir à 19 h à la salle du conseil de l’hôtel de ville situé au 275, rue Notre-Dame Est (métro Champ-de-Mars). C’est aussi tout près de la piste cyclable de la rue Berri. Une petite station Bixi est également située en face de l’hôtel de ville.

Les représentants de la Division des transports actifs et collectifs de la Direction des transports de la Ville se chargeront de la présentation. Le public pourra poser des questions à ces experts. Les citoyens seront également invités à prendre la parole lors de l’une des trois séances réservées à l’audition des commentaires et au dépôt des mémoires. La dernière séance inscrite au calendrier 2011 visera l’adoption des recommandations de la commission, le cas échéant.

La grande question est : y serez-vous? Je compte bien aller y faire un tour et rester le plus longtemps possible même si un rhume vient de s’ajouter à ma grippe qui ne se lasse pas de moi. Vous saurez donc m’identifier assez aisément! Je serai le fatiguant qui tousse tout le temps et qui se mouche sans arrêt tout en tentant de prendre des notes. J’aurai aussi un chandail identifié à Copenhagen Cycle Chic noir un peu délavé parce que je le porte tout le temps. Je l’aime bon.

Pour consulter tous les documents pertinents mis à la disposition des citoyens par la Ville de Montréal, cliquez ici.

Le sas vélo au coin des rues Milton et University, c’est pour bientôt!

D’après un avis aux résidants publié par @Hoedic sur Twitter, le sas vélo qui doit voir le jour au coin des rues Milton et University devrait être aménagé dans la soirée du lundi 22 août si la température le permet. Comme il s’agit de peinture, pardon, de marquage de thermo-plastique, en cas de pluie, l’aménagement sera effectué lors de la prochaine journée qui le permettra.

J’ai très très hâte d’aller voir cet aménagement. Je vais me sentir un peu touriste parce que je ne circule jamais dans ce coin-là. Voici la description du sas vélo inscrite dans l’avis : « Espace réservé aux cyclistes, ce sas vélo permettra à ces derniers de se placer devant les véhicules à l’intersection et de diminuer les potentiels de conflits avec les automobilistes. Les cyclistes pourront alors circuler en premier, changer de direction et rejoindre la voie cyclable de la rue University de façon sécuritaire, tout en diminuant leur exposition aux gaz d’échappement des automobiles. »

Le sas vélo est prévu à la programmation cyclable 2011-2012. Il sera constitué d’un marquage de thermo-plastique de couleur verte. Ce revêtement est plus résistant que de la peinture (hourra!) et n’est pas glissant lorsque mouillé. Cet espace est coloré pour en augmenter la visibilité et en assurer le respect par tous les usagers du réseau.

Effectivement, certains automobilistes pourraient croire qu’enfin un espace leur a été réservé pour qu’ils puissent attendre au coin de la rue sans cyclistes!

Quelques espaces de stationnement seront perdus du côté nord de Milton. Je pense qu’il en reste assez à Montréal et que les automobilistes survivront. Ce genre d’aménagements aura pour effet, je le souhaite, que plusieurs citoyens considèrent l’option vélo pour leurs déplacements dans la métropole. Je suis bien content de voir les sas vélo faire leur place à Montréal. Souhaitons que les résultats du tout premier sas vélo montréalais parlent d’un succès.

Petit rappel de la Ville de Montréal

« La Ville de Montréal rappelle aux automobilistes qui circuleront dans cette rue qu’ils devront immobiliser leur véhicule à la ligne d’arrêt situé juste avant le sas vélo. Ils devront également éviter d’empiéter dans ce nouvel aménagement, lorsque le feu de circulation sera au rouge. Un panneau de signalisation indiquera d’ailleurs la présence de cette ligne d’arrêt à être respectée. Une fois le retour du feu de circulation au vert, les automobilistes devront attendre que les cyclistes soient partis avant d’avancer. L’automobiliste qui s’immobilisera dans le sas vélo sera passible d’une amende. »

Je publie la fin de l’avis intégralement aussi parce que ce sont des informations pertinentes. J’irai faire un petit tour pour voir le fameux sas vélo au cours de la semaine prochaine, c’est certain. Je vous tiendrai au courant!

« Des agents du Service de police de la Ville de Montréal seront d’ailleurs sur place le matin de l’implantation et ce, pour sensibiliser les cyclistes et les automobilistes au bon fonctionnement de ce sas vélo. Des employés de la Direction des transports, initiatrice du projet, seront également sur place pour répondre aux questions de sécurité en lien avec la pratique du vélo ainsi que l’aménagement des voies cyclables et de ce projet pilote.

Renseignements
Vous pouvez obtenir plus d’information en consultant le site Internet ville.montreal.qc.ca/chantiers, en vous abonnant aux fils RSS ou encore, suivre nos actualités par le biais de Twitter, à l’adresse twitter.com/Mtl_Circulation. Vous pouvez également utiliser la ligne Info-travaux au 514 872-3777, entre 8 h 30 et 16 h 30. En dehors des heures de bureau, veuillez composer le 311 en mentionnant qu’il s’agit d’un projet de la Direction des transports de la Ville de Montréal. »

Montréal à vélo : 37 projets dont un sas vélo et 70 nouveaux km de voies cyclables pour la prochaine année

10 M$, ça ne change pas le monde, sauf que… quand on roule à vélo, apprendre que la Ville s’engage à poursuivre le développement du réseau cyclable constitue une bonne nouvelle! Qu’en plus elle explore des aménagements comme le sas vélo, déjà présent ailleurs, on ne peut que s’en réjouir.

En tant que cycliste utilitaire, je suis très critique envers le réseau cyclable montréalais. C’est toujours comme ça. Quand on aime, on veut voir l’objet de notre affection constamment s’améliorer et arriver premier au bout du compte. Quand je pense aux voies cyclables de la métropole, je constate qu’il y a toujours beaucoup de travail à faire, mais qu’au moins l’administration municipale ne se traîne pas les pieds dans le dossier. C’est une opinion. Quand il fait beau soleil et que je traverse le parc La Fontaine sur la piste cyclable, je relaxe et je regarde le paysage. Quand je suis pressé et qu’il y a 50 cyclistes devant moi sans presque aucune possibilité de dépassement, je me dis qu’il y a place à l’amélioration. Aussi, il importe autant d’entretenir les infrastructures cyclables existantes que d’en construire de nouvelles.

Sas vélo

Deux projets pilotes novateurs (pour Montréal) seront implantés. Un premier sas vélo sera aménagé à l’intersection des rues Milton et University. Un sas vélo est un espace réservé aux cyclistes aux intersections pour que ceux-ci puissent se placer devant les véhicules. Il est ainsi plus facile de changer de direction et comme le communiqué de la Ville le dit, ça permet aussi aux cyclistes de respirer un peu moins de gaz d’échappement des automobiles. Un peu d’air un peu moins pollué ne fait jamais de tort. Des sas vélo existent déjà à Portland, Seattle, Londres et Vancouver.

Nouveaux aménagements sur Saint-Urbain

Le nombre de cycliste augmente sur la rue Saint-Urbain. Comme quoi une belle rue lisse qui descend attire toujours son lot de cyclistes paress… pressés! Trois mails de béton seront aménagés à l’intersection de l’avenue des Pins, de la rue Saint-Cuthbert et de l’avenue Duluth. Le but est d’assurer une meilleure cohabitation de tous les usagers de l’artère, plus précisément entre les cyclistes et les chauffeurs d’autobus! Je peux comprendre les chauffeurs d’autobus qui devaient se tasser à droite pour prendre des passagers et qui devaient par le fait même passer à travers la voie cyclable de critiquer l’aménagement actuel. Les mails de béton augmenteront la sécurité des cyclistes à ces endroits.

Le carrefour des rues Masson et D’Iberville sera complètement réaménagé

Les feux de circulation seront mis aux normes, les trottoirs élargis et la bretelle de virage vers l’est sera remplacée par un carrefour standard. Le lien entre les arrondissements Rosemont-La-Petite-Patrie (où j’habite) et du Plateau-Mont-Royal (où j’habitais) sera ainsi sécurisé. « Notre Administration affiche un parti pris sans équivoque pour les transports actifs et collectifs. En multipliant encore cette année les liens cyclables, nous voulons que la desserte de notre réseau de voies cyclables soit toujours améliorée, toujours plus accessible et intégrée, nous voulons que le vélo devienne une véritable alternative à l’utilisation de l’automobile », a déclaré Michel Bissonnet, le responsable des transports à la Ville de Montréal.

37 projets

Voici un aperçu des 37 projets prévus en 2011-2012 :

  • Une voie cyclable sera aménagée dans l’axe des rues Berri, Lajeunesse, Émile-Journault, Henri-Julien, De Castelnau et Saint-Dominique permettant de relier Laval au centre-ville de Montréal;
  • Un projet sera également implanté dans l’arrondissement de LaSalle dans l’axe des rues Senkus, Cordner, Hardy/Bédard et de la 90e Avenue reliant la piste cyclable du canal de Lachine à la piste des Berges;
  • Un projet à Sainte-Anne-de-Bellevue sera aménagé dans l’emprise d’Hydro-Québec, vers le chemin de l’Anse-à-l’Orme;
  • La piste cyclable du boulevard De Maisonneuve sera prolongée entre les rues Berri et Dorion permettant ainsi un accès sécuritaire au pont Jacques-Cartier.

La carte du réseau cyclable montréalais mise à jour
Afin de faire connaître et de promouvoir le réseau cyclable auprès des usagers et des touristes, la Ville de Montréal a mis à jour, cette année encore, la carte de son réseau cyclable dans le territoire de l’île. Cette carte, comprenant également le réseau des stations BIXI, sera disponible dès la fin du mois dans les bureaux Accès-Montréal, le réseau des bibliothèques, chez les commerçants de matériel de sport et de vélo ainsi que sur le site Web de la Ville de Montréal.

+ Le communiqué de la Ville de Montréal

+ La programmation complète des voies cyclables

+ La carte du réseau cyclable de Montréal

+ Les sas pour vélos arrivent à Seattle

Automobilistes, apprêtez-vous à ralentir!

La Ville de Montréal a annoncé les mesures reliées à l’implantation de la réduction de la limite de vitesse à 40 km/h dans les rues locales résidentielles des arrondissements de Montréal. Il s’agit d’une excellente nouvelle puisque que de rouler à 50 km/h dans des rues résidentielles est tout simplement dangereux pour les piétons et les cyclistes. J’aurais personnellement préféré 30 km/h, question de parler d’une véritable mesure d’apaisement de la circulation. On sait bien que si la limite officielle est de 50 km/h, la vitesse réelle des véhicule est plus élevée. Dans les quartiers résidentiels montréalais, la vitesse réelle des véhicules se situera dans les 40 km/h, ce qui demeure trop rapide pour établir un véritable sentiment de sécurité et une meilleure qualité de vie pour les citoyens.

Les cyclistes y verront peut-être un changement sur les routes. J’ai de sérieux doutes là-dessus, mais je tente de demeurer positif. Ce qui me surprend le plus c’est qu’il ne soit pas encore obligatoire, lorsque le pavage d’une rue est refait, d’y intégrer une bande cyclable. Il me semble qu’il s’agit de la moindre des choses. À quand des aménagements cyclistes sur les artères commerciales de la métropole ? Les cyclistes aiment également magasiner! Il ne reste plus qu’à apprendre aux automobilistes (et à certains cyclistes, j’en conviens) qu’un feux rouge ne veut pas dire « accélérez ». Mais il s’agit d’un autre problème. Revenons au précieux kilométrage à l’heure.

La réduction sera implantée dans cinq arrondissements entre le 27 et le 31 décembre 2009. Les autres arrondissements seront visés en 2010. Les 15 villes qui occupent également l’île seront approchées afin d’harmoniser la mesure sur l’ensemble du territoire. Les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro, Saint-Laurent, Lachine et Rosemont-La-Petite-Patrie ainsi que deux secteurs de Ville-Marie feront partie de la première phase.

« Aujourd’hui, débutent concrètement les opérations sur le terrain visant à introduire cette nouvelle mesure issue de notre Plan de transport. En plus d’installer de nouveaux panneaux de signalisation indiquant la limite de vitesse de 40 km/h dans les secteurs résidentiels, nous lançons également une vaste campagne d’information auprès des citoyens et des usagers de la route afin de faciliter la compréhension de la signalisation et modifier les comportements relatifs à la vitesse », a déclaré Manon Barbe, responsable du transport à la Ville de Montréal.

Règle générale, la limite de vitesse de 50 km/h continue de s’appliquer sur les artères dans les secteurs industriels ainsi que dans les rues où circule du transport collectif. La limite de 30 km/h continue de s’appliquer dans les zones scolaires et aux abords des parcs.

Voici un exemple de la nouvelle signalisation.

Statistiques de la Ville de Montréal sur la mobilité et l’utilisation du vélo par quartier

Vélo Montréal par quartier

À l’approche des élections municipales de novembre, la Ville de Montréal a tiré des statistiques du recensement fédéral de 2006 pour chacun des districts électoraux. On retrouve également dans les nouveautés de la section « Montréal en statistiques » un tableau sur les modes transport utilisés par les Montréalais-es pour chaque moyen de transport.

Parmi la population active occupée totale de 15 ans et plus selon le mode de transport utilisé dans les déplacements domicile-travail, la bicyclette est utilisée par 2,2 % de la population pour l’agglomération de Montréal et 2,4 % pour la Ville de Montréal. Le chiffre monte à 9,7 % pour le Plateau Mont-Royal et baisse à 0,4 % pour Saint-Léonard.

Les statistiques de ce même groupe sont séparées en deux catégories, soit les femmes et les hommes.

Femmes

Agglomération de Montréal: 1,5 %

Ville de Montréal: 1,7 %

Quartier où les femmes roulent le plus à vélo: Plateau Mont-Royal avec 8,1 %

Quartier où les femmes roulent le moins à vélo: Saint-Léonard et Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles avec 0,2 %

Hommes

Agglomération de Montréal: 2,8 %

Ville de Montréal: 3 %

Quartier où les hommes roulent le plus à vélo: Plateau Mont-Royal avec 10,9 %

Quartier où les hommes roulent le moins à vélo: Saint-Léonard avec 0,7 %

Le document peut être consulté ici.

Un regroupement réclame des casques pour le Bixi

Bixi casque

La question du port du casque à vélo revient chaque été. Les spécialistes de la santé publique le recommandent vivement alors que les cyclistes demeurent partagés sur son utilisation. Ceux et celles qui ne l’utilisent pas reconnaissent son utilité, mais déclarent qu’ils n’enfourcheraient plus leur vélo s’ils étaient obligés de porter le casque. Le gouvernement préfère ne pas légiférer en la matière.

En tant que cycliste, je porte peu le casque. Pratiquement jamais le jour, mais de plus en plus après le coucher du soleil. Plusieurs de mes amis ont des histoires qui font frémir et à chaque fois je me promets de porter mon casque dès ma prochaine sortie à vélo. Mais c’est une promesse à moi-même aussi vite oubliée que celle de faire le ménage dans mon classeur ou dans mes amis Facebook. Lorsque j’ai acheté mon vélo il y a quelques années, je me suis senti coupable de ne pas porter de casque à chaque fois que je voyais des cyclistes en porter. Au bout de quelques semaines, ce sentiment s’est volatilisé. Aujourd’hui, j’avoue y penser de plus en plus. C’est peut-être pourquoi je crois remarquer que de plus en plus de cyclistes portent un casque. Selon le Regroupement des associations de personnes traumatisées cranio-cérébrales du Québec (RAPTCCQ), le nombre de blessés graves à Montréal a bondi de 26% entre 2007 et 2008.

L’organisme demande à la Ville de Montréal de rendre disponible un service de location de casques de vélo pour les utilisateurs de Bixi à Montréal.
«Ce dont il s’agit, c’est de rendre disponible un service de location. Alors que le nombre de blessés graves ne cesse d’augmenter, il nous apparaît incohérent que des autorités publiques puissent offrir un service de location de vélo sans avoir la possibilité d’avoir accès à un casque pour se protéger », souligne Nicole Tremblay, la présidente du RAPTCCQ.

RAPTCCQ
Selon le regroupement, au Québec, chaque année, au moins 30 décès et 200 blessés graves sont causés par des accidents de vélo, la majorité étant des enfants âgés de moins de 16 ans. Les traumatismes crâniens sont responsables de 75% des décès et de 30% des blessures graves.
Le RAPTCCQ souhaite que, dans un court laps de temps, le gouvernement du Québec légifère sur le port obligatoire du casque à vélo. L’organisme indique que la Ville de Montréal aurait une belle opportunité de sensibiliser ses citoyens d’ici à ce que la loi souhaitée apparaisse sur l’écran radar du gouvernement.

« Au lieu de lancer un message aux cyclistes de prendre l’habitude d’être munis d’un casque protecteur, la Ville, en n’offrant pas le service, donne l’impression que le port du casque n’est pas important, est à la limite un accessoire décoratif », poursuit Mme Tremblay.

Stationnement de Montréal avait indiqué après un premier accident impliquant un Bixi les raisons pour lesquelles aucun casque n’était offert aux usagers. L’organisme avait par ailleurs rappelé l’importance de respecter les règles du Code de la sécurité routière et que le port du casque était recommandé.

Boulevard de Maisonneuve : Piste cyclable Claire-Morissette

La Ville de Montréal a décidé de rendre un hommage posthume à une femme ayant joué un grand rôle dans la « cyclabilisation » des rues de Montréal. La piste cyclable du boulevard de Maisonneuve portera désormais le nom de piste cyclable Claire-Morissette.

Née le 6 avril 1950, Claire Morissette a activement contribué au développement de nombreuses initiatives communautaires à Montréal, et ce, au cours des 30 dernières années. « Il s’agit, pour la Ville de Montréal, de rendre un hommage posthume à une grande dame, visionnaire et novatrice, qui a milité de façon exceptionnelle en faveur du développement du réseau montréalais des voies cyclables et qui a contribué à la création du service de partage de véhicules Communauto et de l’organisme de réutilisation de vélos pour les familles démunies, Cyclo Nord-Sud », a déclaré monsieur Lavallée, responsable de l’aménagement urbain et du transport collectif au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Son engagement dans le domaine du vélo à Montréal a d’ailleurs valu à Claire Morissette d’être la récipiendaire 2007, à titre posthume, du Prix Thérèse-Daviau remis par la Ville de Montréal.

Cyclo Nord-Sud avait déposé, l’automne dernier, une demande à l’effet de dédier à cette grande militante cycliste la piste située entre les rues Berri et Green.

« Donner le nom de Claire Morissette à cet axe majeur de notre réseau cyclable montréalais allait de soi et nous permettra de conserver le souvenir d’une dame pour qui la protection de l’environnement, la qualité de vie et la justice sociale faisaient partie des valeurs qu’elle a toujours défendues avec conviction », de rajouter monsieur Lavallée.

Chaînon important du réseau cyclable montréalais et partie intégrante du Plan de transport de Montréal, la piste cyclable du boulevard de Maisonneuve est accessible aux cyclistes montréalais depuis novembre 2007. Piste bidirectionnelle et ouverte douze mois par année, cette voie cyclable relie désormais les rues Berri et Greene à Westmount.

Un événement officiel se tiendra au mois d’août.

Visitez le site de Cyclo Nord-Sud afin de mieux connaitre le parcours et les réalisations de Claire Morissette.

Le vélo en libre-service dès septembre à Montréal

Par Dominic Ratthé

Le vélo en libre-service roulera dès cet automne à Montréal. Une première en Amérique du Nord, affirme une administration municipale fière d’innover… quelques années après des consoeurs européennes telles Paris, Lyon, Barcelone et Munich pour ne nommer que celles-ci. Washington D.C. pourrait même damer le pion à la métropole québécoise en lançant prochainement son réseau SmartBike.

Première nord-américaine ou canadienne, peu importe, les Montréalais réclamaient depuis un certain temps déjà un tel système. Seulement 40 vélos et 4 stations seront mis à la disposition de la population en septembre dans le cadre d’un projet-pilote. Cette première étape de familiarisation sera suivie d’un déploiement à grande échelle du projet au printemps 2009.

Le Plateau Mont-Royal, Rosemont-La Petite-Patrie et Ville-Marie accueilleront alors les 2400 vélos et 300 stations réalisés par le designer québécois Michel Dallaire. Cette initiative s’inscrit dans le Plan de transport de la Ville intitulé « Réinventez Montréal ».

Urbain et écologique
« Montréal innove à nouveau en présentant le tout premier projet de vélo en libre-service en Amérique du Nord. Créatif, dynamique et innovateur, ce projet assurera une meilleure mobilité urbaine en proposant aux Montréalais un mode de déplacement convivial, écologique et de grande qualité », a souligné André Lavallée, responsable de l’aménagement urbain et du transport collectif au comité exécutif de la Ville de Montréal.

La société Stationnement de Montréal, mandatée pour la conception, le développement et l’exploitation du projet, souhaite avec le vélo en libre-service faire de Montréal « le point de mire de l’avant-garde urbain en Amérique du Nord », précisait M. Roger Plamondon, président du conseil d’administration de la Société.

Un système modulaire créé par Stationnement de Montréal permettra de déplacer facilement les stations et d’ajuster le nombre de vélos à chacune d’elles en fonction de l’achalandage et de pouvoir les enlever les mois d’hiver.

Les bornes de péage et les mécanismes d’ancrage des vélos fonctionneront à l’énergie solaire. Recourir au vélo en libre-service devrait être aussi facile que de louer une place de stationnement pour une voiture, estime la Ville. Une carte d’accès ou une carte de crédit permettront d’utiliser un vélo. Les coûts d’utilisation n’ont pas été dévoilés. Un trajet à vélo devrait toutefois être moins onéreux qu’un déplacement en transport en commun. La flambée du coût du pétrole devrait encourager plusieurs citoyens à utiliser ce service plutôt que leur voiture.

Concours
Le concours Trouve mon nom a été lancé afin de nommer le vélo en libre-service montréalais. Il suffit de se rendre sur le site web www.trouvemonnom.ca et d’y inscrire ses suggestions. En plus de prix secondaires et de participation, le grand gagnant aura droit à un abonnement à vie au vélo en libre-service. Dès le 8 août, il sera permis de voter pour votre identification préférée sur le même site Internet. Les noms des gagnants seront dévoilés le 22 septembre.