vélo Montréal

Au programme ce soir : la consultation sur le partage des voies cyclables montréalaises

Partager une voie cyclable avec une voiture de Saint-Hubert? Pas question!

Le partage du réseau cyclable : avec qui et comment? C’est là le titre de l’invitation de la Commission sur le transport et les travaux publics de la Ville de Montréal lancée aux citoyens afin qu’ils s’expriment sur la question du partage du réseau cyclable montréalais. La séance d’information a lieu ce soir à 19 h à la salle du conseil de l’hôtel de ville situé au 275, rue Notre-Dame Est (métro Champ-de-Mars). C’est aussi tout près de la piste cyclable de la rue Berri. Une petite station Bixi est également située en face de l’hôtel de ville.

Les représentants de la Division des transports actifs et collectifs de la Direction des transports de la Ville se chargeront de la présentation. Le public pourra poser des questions à ces experts. Les citoyens seront également invités à prendre la parole lors de l’une des trois séances réservées à l’audition des commentaires et au dépôt des mémoires. La dernière séance inscrite au calendrier 2011 visera l’adoption des recommandations de la commission, le cas échéant.

La grande question est : y serez-vous? Je compte bien aller y faire un tour et rester le plus longtemps possible même si un rhume vient de s’ajouter à ma grippe qui ne se lasse pas de moi. Vous saurez donc m’identifier assez aisément! Je serai le fatiguant qui tousse tout le temps et qui se mouche sans arrêt tout en tentant de prendre des notes. J’aurai aussi un chandail identifié à Copenhagen Cycle Chic noir un peu délavé parce que je le porte tout le temps. Je l’aime bon.

Pour consulter tous les documents pertinents mis à la disposition des citoyens par la Ville de Montréal, cliquez ici.

Publicités

Die-in 2011 ce jeudi : En vie sans ma voiture !

J’ai reçu le communiqué de presse de l’organisme Montréal à vélo que je reproduis ici intégralement. Vous êtes invités à participer au die-in, un événement où les conséquences tragiques d’un accident auto-vélo sont représentées de façon un brin spectaculaire! Visitez la page Facebook du die-in.

Montréal, le 19 septembre 2011 – Lors de la Journée internationale sans voiture, le 22 septembre prochain, une centaine de personnes se réuniront au Square Phillips pour mettre en scène les pires conséquences de l’omniprésence de la voiture en ville : la mort et les blessures.

« Le Die-in dénonce les conséquences de l’adoption massive de l’automobile comme moyen de transport individuel: appropriation de l’espace autant par les voitures en circulation que stationnées, bruit, pollution de l’air et insécurité», explique Pierre-Olivier Parent, membre du collectif Montréal à vélo.

La SAAQ rapporte qu’à Montréal en 2010, 37 personnes sont décédées et plus de 9000 ont été blessées suite à une collision avec un véhicule. D’après la Direction de santé publique de Montréal, ce nombre est largement sous-estimé. Les piétons et les cyclistes sont bien représentés dans ce triste bilan. Contrairement aux automobilistes, ils ne sont pas protégés par une carrosserie. Ils courent donc plus de risque de décéder ou de subir des blessures graves suite à une collision.

« Pour expliquer les collisions, on évoque souvent la responsabilité individuelle, en disant par exemple que le piéton était distrait ou que le cycliste ne portait pas son casque.  On parle rarement du fait que c’est surtout le nombre important de voitures en circulation qui est à la source du problème », affirme Anouk Lebel, membre du collectif Montréal à vélo.

C’est en réduisant le nombre d’automobiles en circulation et en agissant sur les aménagements que la qualité de vie de tous sera améliorée. Car, outre les blessures dues aux collisions, l’ampleur des problèmes de santé découlant d’un système de transport axé prioritairement sur l’utilisation individuelle de l’automobile est très importante. Santé Canada attribue à la pollution atmosphérique plus de 1 500 décès prématurés par année sur l’île de Montréal. Par ailleurs, les spécialistes de santé publique font un lien très net entre les habitudes de transport, l’inactivité physique et l’embonpoint.

Il ne suffit pas d’encourager l’utilisation de la bicyclette et du transport en commun pour faire de Montréal une ville à l’échelle humaine. Il faut aménager les rues en faveur des cyclistes et des piétons, investir massivement dans les transports en commun et, surtout, réduire l’espace accordé à l’automobile en ville. Quand les décisions seront réellement recentrées de l’automobile vers l’humain, le Die-in ne sera plus nécessaire.

Villes cyclistes : Montréal 8e selon le Copenhagenize Index

Montréal se classe 8e au palmarès des villes cyclistes du Copenhagenize Index. Le terme vous semble familier? C’est normal. Le Copenhagenize Index a été réalisé par la firme Copenhagenize.eu qui se spécialise dans la planification du développement cyclable. Surtout, Mikael Colville-Andersen en est le grand patron!

Montréal se classe donc 8e de ce palmarès. Il s’agit d’un très bon rang puisqu’un total de 80 villes ont été recensées. Au début, les données ne devaient servir qu’aux besoins internes de la firme, mais ils ont décidé de rendre cette information publique. Six mois ont été nécessaires afin de déterminer le classement. Amsterdam et Copenhague occupent la tête du classement alors que New York, qui fait de gros efforts pour que le vélo occupe plus d’espace dans ses rues, est au dernier rang du top 20.

Critères

Les villes ont été évaluées selon 13 critères qui leur donnaient de 0 à 4 points et 12 points pouvaient être accordés pour des efforts particuliers effectués afin de rendre la ville plus cyclable. Les infrastructures, la présence d’un système de vélo en libre-service et la perception du sentiment de sécurité font partie des 13 critères élaborés.

Montréal, avec 38 points, devrait songer selon les auteurs à passer des pistes bidirectionnelles à des pistes séparées des deux côtés de chaque rue et devrait songer à laisser BIXI rouler même l’hiver.

Qu’en pensez-vous?

Info trouvée grâce à Suzanne Lareau sur Twitter.

En ville sans ma voiture : adoptez les transports actifs et collectifs

La semaine de sensibilisation En ville sans ma voiture débute ce lundi avec toute une programmation d’activités qui se dérouleront au centre-ville de Montréal (Carré Phillips) ainsi que dans plusieurs arrondissements. La rue Sainte-Catherine sera fermée ce jeudi 22 septembre en dehors des heures de pointe entre les rues McGill et De Bleury. Or, cette année, les rues transversales ne seront pas fermées afin de ne pas ajouter au fardeau des automobilistes qui roulent à Montréal. Décision surprenante. Il me semble que si un événement n’a pas à faire sa part pour agrémenter la conduite automobile en ville, c’est bien En ville sans ma voiture…

Toutefois, l’événement a décidé de se décentraliser en invitant les 19 arrondissements montréalais et les 83 municipalités du territoire de l’AMT à fermer un tronçon de rue à la circulation automobile pendant une des journées de la semaine. Huit arrondissements et quatre villes ont accepté l’invitation. On notera que la participation montréalaise est pas mal plus forte que celle des banlieues. La moitié gazonneront une partie de leur périmètre. Ces activités se déroulent entre le 17 et le 24 septembre.

Un Die-in cycliste se déroulera par ailleurs ce jeudi au Carré Phillips. Tous les détails se trouvent sur la page Facebook de l’événement où déjà environ 120 personnes ont confirmé leur présence. L’événement se déroulera de 17 h 30 à 18 h 30, ce qui vous laissera le temps par la suite de vous rendre à l’hôtel de ville pour assister à la consultation publique sur le partage des pistes cyclables.

La Ville de Montréal vous demande votre avis sur le réseau cyclable


Avouez-le, vous en rêviez! Enfin, l’occasion de dire à la Ville tout ce que vous pensez à propos du partage du réseau cyclable montréalais se présente. On parle souvent du difficile partage de la route entre les cyclistes, les automobilistes et les piétons. Mais on aborde moins souvent la cohabitation peu harmonieuse qui existe sur les pistes cyclables, souvent envahies par des adeptes de la course à pied, des poussettes ou des scooters électriques.

La Commission permanente sur le transport et les travaux publics invite donc la population à participer à l’assemblée publique itinérante qui portera sur la question du partage du réseau cyclable montréalais, et ce afin de donner suite à une demande citoyenne.

La commission se penchera sur la problématique de compatibilité entre les différentes types de déplacements sur les pistes cyclables : à pied, tant au pas de marche qu’au pas de course, en patins à roues alignées, en planche à roulettes, en aide à la mobilité motorisée ainsi qu’en scooter et en vélo électriques.

À partir d’ici, je vous laisse avec le reste du communiqué de presse. Je vous invite à participer à cette démarche. C’est l’occasion où jamais de réclamer un réseau cyclable efficace donnant une forte prédominance aux cyclistes et, par vos commentaires et vos mémoires, de proposer des solutions au niveau de la cohabitation ou au niveau des infrastructures, par exemple.

Consultez des documents pertinents sur cette page du site Internet de la Ville de Montréal. Vous y trouverez notamment une synthèse du dossier très intéressante.

Des experts de la Ville répondront à vos questions

Ainsi, dans le cadre de cette assemblée, il est prévu de réserver la première séance publique à la présentation de l’information technique caractérisant la configuration du réseau cyclable montréalais et les différents groupes d’utilisateurs se côtoyant sur ses pistes. Les représentants de la Division des transports actifs et collectifs, de la Direction des transports de la Ville de Montréal, se chargeront de cette présentation. À cette occasion, le public aura la possibilité de poser des questions aux experts. Par la suite, les personnes qui le souhaitent seront invitées à prendre la parole lors de l’une ou l’autre des trois séances réservées à l’audition des commentaires et au dépôt des mémoires. Quant à la dernière séance inscrite au calendrier 2011, elle vise l’adoption des recommandations de la commission, le cas échéant. »

L’assemblée de consultation publique se tiendra comme suit :

HEURE   19 H 00
DATES  
ET 
Le 22 septembre 2011 − Présentation du dossier (Centre-ville)
Hôtel de ville, salle du conseil, 275 rue Notre-Dame Est / Métro  Champ-de-Mars
LIEUX  
www.stm.info
Le 26 octobre − Audition des commentaires et dépôt des mémoires (Nord-Ouest de l’île)
Centre communautaire de l’Est, 9665 boul. Gouin Ouest / lignes 68, 268, 213 et gare Sunnybrooke
Le 27 octobre − Audition des commentaires et dépôt des mémoires (Centre-Est de l’île)
Arrondissement de Ville-Marie, salle du conseil, 800 Boul. de Maisonneuve Est / Métro Berri-Uqam
Le 23 novembre − Audition des commentaires et dépôt des mémoires (Sud-Ouest de l’île)
Arrondissement de Verdun, salle du conseil, 4555 rue De Verdun / Métro Verdun
Le 1er décembre − Adoption des recommandations (Centre-ville)
Hôtel de ville, salle du conseil, 275 rue Notre-Dame Est / Métro Champ-de-Mars

Documentation 

Le document de soutien à l’assemblée publique peut être consulté dans les bureaux Accès Montréal et les bureaux d’arrondissement, les hôtels de ville des villes de banlieue, de même qu’à la Direction du greffe, salle R-134 à l’hôtel de ville de Montréal. Le document est également accessible sur le site Internet des commissions : www.ville.montreal.qc.ca/commissions

Inscription

Les personnes qui souhaitent participer à la période de questions et de commentaires du public sont priées de s’y inscrire, à l’avance, en communiquant avec la Direction du greffe au 514 872-3770 ou par courriel à l’adresse suivante : commissions@ville.montreal.qc.ca. Il est également possible de prendre la parole en s’inscrivant sur place, et ce 30 minutes avant le début de la séance.

Les commissions permanentes sont des instances de consultation publique instituées par le conseil municipal et le conseil d’agglomération. Conformément à la Loi sur les cités et villes et à la Charte de la Ville de Montréal, leur mission consiste à éclairer la prise de décision des élus municipaux et à favoriser la participation des citoyennes et citoyens aux débats d’intérêt public.

La Commission sur le transport et les travaux publics est présidée par M. Luis Miranda, conseiller de ville et maire de l’arrondissement d’Anjou. Quant à Mme Elsie Lefebvre, conseillère de ville à l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, elle agit en tant que vice-présidente. Les membres de la commission sont : M. Maurice Cohen, conseiller de ville à l’arrondissement de Saint-Laurent; Mme Véronique Fournier, conseillère de ville à l’arrondissement du Sud-Ouest; Mme Ann Guy, conseillère d’arrondissement à l’arrondissement de Verdun; M. Beny Masella, maire de la Ville de Montréal-Ouest; M. Alex Norris, conseiller de ville à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal; M. Lionel Perez, conseiller à l’arrondissement de Côte-des-Neiges−Notre-Dame-de-Grâce; M. François Robert, conseiller d’arrondissement à l’arrondissement de L’Île-Bizard−Sainte-Geneviève; M. Edgard Rouleau, maire de la Cité de Dorval et M. Bertrand Ward, conseiller de ville à l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro.

Un reportage de Radio-Canada à Stockholm sur le vélo

Cliquez sur l'image afin de visionner le reportage sur le site de Radio-Canada

Ahhh, enfin, je respire d’aise. Oui, je relâche un grand souffle pleinement satisfait de mon expérience télévisuelle. Je viens de regarder le reportage de David Gentile intitulé À Stockholm, le vélo est à égalité avec la voiture qui a comparé Montréal et Stockholm au niveau du vélo. Et si j’ai l’impression d’être une personne allergique aux chats qui vient d’avaler une boîte complète de Claritins, c’est simplement parce que je suis heureux d’avoir regardé un reportage sur le vélo qui ne présente pas les cyclistes montréalais comme des criminels sur deux roues, mais des agents du changement qui peuvent améliorer la fluidité des transports et la qualité de vie dans une ville!

C’est bien beau se faire pointer du doigt quand on fait quelque chose de croche, mais les cyclistes de la métropole ne font pas que brûler des feux rouge. Je suis heureux d’avoir vu ce reportage même si en même temps je suis jaloux des infrastructures cyclables de Stockholm. C’est comme un rêve que j’aimerais voir se réaliser à Montréal, une autre source d’inspiration afin de pouvoir véritablement qualifier Montréal de ville cycliste par excellence sans devoir préciser « en Amérique du Nord ».

Montréal avance du côté de ses infrastructures cyclables, comme il l’est mentionné dans le reportage, mais il reste pas mal de chemin à faire. Et comme les rues de la ville sont congestionnées comme jamais, le vélo constitue LA solution pour bien des gens. Pas pour tout le monde, mais pour ceux qui peuvent rouler quelques kilomètres de vélo par jour, la bicyclette est une solution à envisager afin de rouler sans rester coincé dans un bouchon.

Je vous invite à lire les commentaires laissés après le reportage, ils sont également instructifs.

Merci à Luc Lussier de m’avoir laissé l’information dans un commentaire.

Le Bicycle Film Festival débute aujourd’hui à Montréal


Amoureux du vélo, c’est le temps de vous rincer l’oeil puisque le Bicycle Film Festival, BFF pour les intimes, débarque en ville avec la présentation d’une multitude de films à propos de l’objet de vos désirs.

En plus des films présentés, plusieurs activités culturelles, sociales et sportives permettront aux cyclistes de la métropole, peu importe le modèle de leur vélo, d’échanger et d’apprendre à se connaître.

Je reproduis intégralement l’horaire des activités :

JEUDI 1 SEPTEMBRE
ART SHOW   180 St Catherine, 2nd Fl
BFF KICKOFF PARTY  Katacomes | 1635 St Laurent

VENDREDI 2 SEPTEMBRE
FILMS À VÉLO Cinerobotheque | 1564 St Denis St
GOLDSPRINTS PARTY  Royal Phoenix Bar  |  5788 Boul St Laurent

SAMEDI 3 SEPTEMBRE


POLO TOURNAMENT
Parcs des Veterans | Papineau & Maisonneuve
SCAVENGER HUNT 
FILMS À VÉLO  Cinerobotheque  |  1564 St Denis St
AFTER PARTY  Royal Phoenix Bar  |  5788 Boul St Laurent

Cinéma vélo

Pour ce qui est des films, c’est 10 $ le billet ou 30 $ pour une passe valide pour tous les films. C’est le temps de voir des oeuvres qui peuvent inspirer et faire découvrir la réalité des cyclistes ailleurs dans le monde. Et, surtout, c’est l’occasion idéale pour jaser vélo avec d’autres cyclistes!

Bon festival!

Plus de détails : le blogue de Dumoulin Bicyclettes

Vélo : les cyclistes se multiplient à Montréal

Les cyclistes qui empruntent les mêmes axes cyclables depuis longtemps auraient pu vous le dire sans problème : le nombre de cyclistes augmente constamment dans la métropole. Bonne nouvelle : ils ne voient pas double puisque Vélo Québec confirme la chose avec l’étude l’«État du vélo au Québec 2010 – Zoom sur Montréal» dévoilée hier à l’hôtel de ville de Montréal.

Pressé par le temps, je vous refile quelques citations du communiqué officiel de même que des chiffres intéressants. Ma petite réflexion : je suis convaincu que l’ajout d’infrastructures cyclables de qualité incite de plus en plus de citoyens à utiliser le vélo comme mode de transport. Si la tendance se maintient, avec l’objectif de la Ville de Montréal d’augmenter le nombre de voies cyclables chaque année, les cyclistes seront de plus en plus nombreux. Les rues de Montréal deviendront plus sécuritaires et conviviales pour les cyclistes. Plus de voies cyclables veut aussi sans doute dire moins de congestion sur certaines pistes. Résultat : tout le monde en sort gagnant. Sauf les écoliers qui, comme le rapporte Gabriel Béland dans La Presse, sont moins nombreux à utiliser le vélo pour se rendre à l’école. Est-ce parce qu’ils n’ont pas de casier à vélo?

Le vélo urbain à Montréal

Que ce soit pour les déplacements utilitaires, le loisir ou le sport, 731 000 adultes enfourchent un vélo. « Je suis heureux de constater que le vélo gagne de plus en plus d’adeptes. Montréal est une ville où il fait bon vivre et où il est agréable de faire du vélo. Les 530 km de voies cyclables, l’expansion de BIXI, l’application de mesures pour réduire la vitesse des automobilistes dans les rues résidentielles ne sont que quelques-unes des initiatives mises de l’avant par notre Administration pour répondre aux besoins des cyclistes et pour sécuriser leurs déplacements », de déclarer M. Michel Bissonnet, responsable des transports à la Ville de Montréal.

« Il n’y a pas de doute que l’engouement est réel, ajoute Mme Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec. Avec les progrès que nous enregistrons au cours des dernières années, la théorie selon laquelle les aménagements contribuent à l’augmentation de la pratique est vérifiée à 100%. Ce qui est aussi particulier à Montréal c’est la complémentarité des efforts de la Ville et de ceux des organisations citoyennes comme la nôtre dans le développement d’une véritable culture vélo, qui se construit avec des infrastructures mais aussi par l’animation urbaine, comme par exemple la Féria du vélo et l’adhésion récente de Montréal au mouvement Cycle Chic. Il est important de garder le cap et de s’assurer de la pérennité de tout cela ».

Le vélo, un moyen de transport de plus en plus utilisé à Montréal
L’État du vélo au Québec en 2010 – Zoom sur Montréal met en lumière plusieurs statistiques intéressantes :

  • 84 % des cyclistes empruntent les pistes et les voies cyclables ;
  • 82 % des jeunes de moins de 18 ans ont enfourché leur bicyclette cette même année ;
  • 52 % des Montréalais ont fait du vélo en 2010 ;
  • les cyclistes montréalais parcourent en moyenne 500 km par an.

Par ailleurs, ce qui distingue Montréal des autres villes québécoises, c’est l’usage que font les cyclistes de leur vélo. En 2010, 53 % des cyclistes utilisaient le vélo comme moyen de transport alors qu’en 2000, seulement 25 % l’utilisaient pour se déplacer. Si l’on compare Montréal aux autres municipalités, on constate que 22 % des cyclistes montréalais utilisent le vélo comme principal moyen de transport alors que le pourcentage atteint 11 % pour l’ensemble de la province. À titre d’exemple, dans l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, 8,6 % des déplacements se font à vélo.

« L’aménagement de voies cyclables dans les grands axes nord-sud et est-ouest ainsi que la qualité de notre réseau cyclable expliquent la popularité du vélo à Montréal. D’ailleurs, notre priorité est de poursuivre le développement, de favoriser les déplacements dans l’île et de desservir les grands pôles de services où se trouvent à la fois les hôpitaux, les universités, les centres commerciaux et les grandes entreprises », de rajouter M. Bissonnet.