SPVM

Kifkif : une campagne de sécurité à vélo

Que tous les usagers de la route partagent celle-ci de façon sécuritaire, c’est un peu pas mal la raison d’être de ce blogue. Si tout le monde le faisait avec le sourire en plus, ne serait-ce pas génial?

La Ville de Montréal, le SPVM et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ne vont pas aussi loin dans leurs voeux. Ce qui ne les a pas empêché de lancer mardi une campagne de sécurité à vélo appelée kifkif qui se déroulera tout au long de l’été.

Les comportements à risque, une responsabilité partagée

La campagne mise sur la responsabilité partagée entre automobilistes et cyclistes et encourage les usagers à partager la route de manière sécuritaire. « Le vélo connaît une popularité croissante à Montréal. Notre administration pose les gestes nécessaires pour que le réseau cyclable montréalais évolue et que les déplacements à vélo s’intègrent à notre mode de vie. Aux abords des zones de construction de nouvelles voies cyclables, comme sur les voies cyclables existantes, chaque Montréalais doit s’impliquer personnellement et modifier ses comportements à risque »,  de dire Claude Trudel, responsable de la sécurité publique à la Ville de Montréal.

Les infractions les plus fréquentes

Selon l’inspecteur-chef Stéphane Lemieux du SPVM, « les comportements à risque sont autant attribuables aux cyclistes qu’aux automobilistes. D’un côté, l’infraction la plus fréquente commise par les conducteurs est de ne pas céder le passage aux cyclistes lors d’un virage à une intersection. Nos policiers porteront une attention particulière à ce type d’infraction cet été. Nous invitons aussi les automobilistes à faire preuve de vigilance lorsqu’ils ouvrent leur portière, cette simple action peut s’avérer dangereuse pour les cyclistes qui circulent le long des voitures stationnées et passible d’un constat d’infraction. De l’autre côté, les cyclistes doivent s’immobiliser aux feux rouges et circuler dans le même sens que la circulation. Il est aussi important pour le cycliste de respecter les piétons et marcher à côté de leur vélo lorsqu’ils circulent sur les trottoirs. »

Statistiques sur les accidents à vélo

« Au Québec en 2010, 19 cyclistes sont décédés sur nos routes, soit 3 de plus qu’en 2009. Le nombre de décès pour cette catégorie d’usagers de la route a varié entre 12 et 20 par année depuis 2005. Les collisions impliquant un vélo et un véhicule sont à la source de la majorité des décès chez les cyclistes, soit de plus de 80 % de ces décès. Ces collisions sont aussi responsables de 20 à 25 % des hospitalisations chez les cyclistes. La SAAQ profite de cette activité pour rappeler quelques règles de sécurité à suivre afin de diminuer les risques d’accident. Ainsi, les cyclistes doivent respecter la signalisation, signaler leurs intentions et être visibles. Les automobilistes, pour leur part, sont invités à laisser un espace d’au moins 1 mètre entre leur véhicule et les cyclistes lorsqu’ils les dépassent », de dire Mme Sanschagrin de la SAAQ.

Les réactions sur Twitter

Voilà pour le communiqué. Maintenant, qu’en pensent les cyclistes et autres usagers de la route.

Sur Twitter, après #velomtl, un nouveau mot-clé a vu le jour, #kifkif. Voici quelques commentaires publiés après l’annonce mardi matin :

_VeloCite : Moi aussi je suis #kifkif : Chaque fois qu’on manque de me tuer par distractions, je passe sur une rouge! #VELOmtl

À venir sur @OpenFileMtl : l’absence de statistiques sur les accidents entre cyclistes ou cyclistes et piétons. #kifkif #velomtl

@perdlespedales : @RoulerMontreal Il y a beaucoup d’entités « garnementales » qui n’ont jamais vu la #Vélorution venir, ou qui ne veulent pas y croire! #VeloMtl

@MrioGrnier : Ce sera ça le Kif-Kif du @spvm; des tickets aux cyclistes et demander aux automobilistes de faire attention? http://bit.ly/j84Kka #velomtl

Suivez @Rouleravelo sur Twitter!

Dépliant

Il est possible de télécharger le dépliant de la campagne kifkif en cliquant ici.

Projet Numéro : burinage de vélos gratuit tout l’été

Voler un vélo, c’est vilain. Très vilain. Pour mettre toutes les chances de leur côté, les cyclistes devraient toujours utiliser deux cadenas en U, ne serait-ce que pour l’effet dissuasif. Pourquoi se donner la peine de voler un vélo qui est protégé par deux cadenas plutôt qu’un autre barré pas très loin n’en ayant qu’un seul?

Or, malgré tous nos efforts, il arrive à certains d’entre-nous d’être placés devant le fait accompli. Afin de contrer le fléau, particulièrement présent sur le Plateau-Mont-Royal, le poste de quartier 38 vient de lancer le projet Numéro qui vise à réduire le nombre de vols de vélos, notamment par le burinage. Entre 2008 et 2010, 672 vélos ont été dérobés à leurs propriétaires dans l’arrondissement. L’initiative a été prise après qu’une citoyenne ait dénoncé la situation lors d’un conseil d’arrondissement.

En plus de tenter de faire baisser le nombre de vélos volés, le projet vise également à augmenter la possibilité de retracer le réel propriétaire du vélo lorsque ce dernier est retrouvé, et ce, à l’aide de moyens préventifs, selon le communiqué du SPVM.

« Souvent, les propriétaires de vélos ne connaissent pas le numéro de série de leur bicyclette lorsqu’ils nous la rapportent volée. Nous souhaitons donc encourager les propriétaires de vélo à prendre en note leur numéro de série, mais également à faire buriner leur vélo. De cette façon, nous aurons déjà dans nos registres l’identité du propriétaire correspondant au vélo rapporté volé et nous pourrons le contacter », a déclaré le commandant Stéphane Bélanger, chef du Poste de quartier 38.

Outre le burinage, les policiers poursuivront leurs efforts en patrouille afin de contrer ce type de vol. La répression est également au menu. Jeunesse au Soleil est partenaire du projet.

Cliniques de burinage

Les citoyens qui désirent faire buriner leur vélo peuvent se présenter, soit au :

  • Parc La Fontaine, tous les mercredis de 9 h 30 à 12 h, du 22 juin au 24 août. Des policiers du Poste de quartier seront sur place pour effectuer du burinage;
  • Aux bureaux de Jeunesse au Soleil, tous les vendredis de 13 h à 16 h, du 10 juin au 19 août. Des employés de Jeunesse au Soleil seront disponibles pour procéder au burinage de bicyclettes.

Le service est gratuit et les citoyens n’ont qu’à se présenter avec une pièce d’identité. Un formulaire d’identification du vélo (propriétaire, no de série, no de burinage, caractéristiques du vélo, etc.) leur sera remis sur place. Les citoyens sont invités à conserver ce formulaire et à le remettre au policier en cas de vol. Un autocollant à l’effigie du projet Numéro sera également apposé sur la bicyclette burinée.

Information apprise grâce à l’article du journal Le Plateau.

Un camion de Postes Canada stationné dans une bande cyclable à deux pas du SPVM

Encore direz-vous! Un autre camion, cette fois-ci de Postes Canada, était stationné dans une bande cyclable au coin des rues Saint-Joseph et Molson à deux pas d’un poste du SPVM. L’infraction a été enregistrée au site My Bike Lane où des cyclistes francophones et anglophones de Montréal et d’ailleurs publient des photos de délinquants sur quatre roues ou plus.

Un registre des plaques d’immatriculation est tenu afin de savoir si le conducteur ou la conductrice (le véhicule en fait) en est ou non à son premier méfait. Je vous encourage à envoyer vos photos sur ce site et à le consulter. On peut y visiter des infrastructures cyclables à travers les photos de dizaines de villes à travers le monde.

Camion de livraison stationné dans une bande cyclable à deux pas du SPVM

Alors que je revenais tout bonnement à la maison, j’ai eu la désagréable surprise de voir mon chemin bloqué par un camion de livraison. Ironie de la situation : le chauffeur s’était stationné illégalement dans la voie cyclable pour aller livrer quelque chose à deux pas d’un poste de police du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au coin des rues Molson et Saint-Joseph.

Je déteste quand des véhicules utilisent les espaces dédiés aux cyclistes pour se stationner même temporairement. J’ai bien entendu inscrit cette infraction sur le génial site My Bike Lane où des cyclistes francophones et anglophones de Montréal et d’ailleurs photographient et mettent en ligne des photos de délinquants. Un registre des plaques d’immatriculation est tenu afin de savoir si le conducteur ou la conductrice (le véhicule en fait) en est ou non à son premier méfait.

Le cycliste décédé lundi a brûlé un feu rouge

Le cycliste décédé au centre-ville de Montréal lundi soir après avoir été happé par un autobus de la STM a brûlé un feu rouge.

C’est ce qu’a révélé un porte-parole du SPVM.

Le cycliste de 38 ans circulait sur la rue Saint-Hubert en direction sud et l’autobus avançait sur Viger en direction est. Des caméras de surveillance ont filmé le cycliste en train de brûler le feu rouge.

Le SPVM veut sensibiliser la population au respect des règles de circulation et au port du casque

Le SPVM  a publié sur son site Internet mardi à 15 h 39, soit le lendemain de la collision mortelle, une invitation pour les cyclistes à participer à une activité de sensibilisation. Des agents de sécurité routière accompagnés du personnel affilié au programme de traumatologie de l’hôpital général de Montréal invitent les cyclistes le mercredi 21 juillet de 11 h 30 à 13 h au coin du boulevard De Maisonneuve et de la rue Guy. L’activité compte deux objectifs, soit le respect des règles de circulation et le port du casque.

« Pour diminuer le risque d’être impliqué dans un accident et de subir un traumatisme crânien, le meilleur conseil à suivre est de respecter les règles de la circulation. Cependant, le port du casque représente également un excellent moyen complémentaire de se protéger, puisqu’il peut réduire de 60 % le risque et la gravité d’une blessure à la tête ou d’un traumatisme crânien. Le SPVM encourage les cyclistes à suivre ces mesures de sécurité lorsqu’ils circulent en ville ou sur les pistes cyclables », explique l’agente Nathalie Valois, conseillère et patrouilleure à vélo au SPVM.

Des casques de vélo seront tirés parmi les cyclistes qui n’en porteront pas. Drôle d’idée. Autrement dit, si vous voulez courir la chance de gagner un casque lors d’une activité de sensibilisation au port du casque, n’en portez pas!

L’activité sera remise au lendemain en cas de pluie.