SAAQ

Le scooter électrique ne roulera plus sur les pistes cyclables

Quelle bonne nouvelle! Selon cet article de Mon Volant, les cyclistes ne seront plus obligés de cohabiter avec les scooters électriques sur les pistes cyclables. Ils devront circuler dans la rue.

Ils ne sont pas encore interdits, mais un comité incluant la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et le ministère des Transports du Québec (MTQ) passera à l’action sous peu en excluant ces véhicules de la définition de « bicyclette assistée ».

Ils se trouvent présentement dans cette catégorie en raison de leur vitesse maximale de 32 km/h, de leur puissance limitée et de la présence de pédales. Avez-vous déjà vu quelqu’un pédaler sur son scooter électrique?

Vélo Québec avait demandé l’an dernier au gouvernement du Québec de bannir les scooters électriques des pistes cyclables puisqu’ils mettent en danger la sécurité des cyclistes.

Si j’étais propriétaire d’un scooter électrique par contre, je ne suis pas certain que j’apprécierais cette nouvelle. Si des conducteurs de scooters électriques lisent ce blogue, n’hésitez pas à laisser des commentaires pour exprimer votre point de vue aux cyclistes.

Prochaine étape

Après avoir changé la définition de bicyclette assistée, une modification au Code de la sécurité routière devra être apportée, peut-être l’hiver prochain, soit avant la prochaine saison de vélo. Ce qui serait une excellente nouvelle. Les vélos électriques, eux, pourront continuer à rouler sur les pistes cyclables.

Plusieurs acteurs sont touchés dans ce dossier, ce qui le rend assez complexe.

Je vous invite à lire l’article de Isabelle Ducas pour plus de détails.

27 commentaires ont été laissés après l’articles.

Kifkif : une campagne de sécurité à vélo

Que tous les usagers de la route partagent celle-ci de façon sécuritaire, c’est un peu pas mal la raison d’être de ce blogue. Si tout le monde le faisait avec le sourire en plus, ne serait-ce pas génial?

La Ville de Montréal, le SPVM et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ne vont pas aussi loin dans leurs voeux. Ce qui ne les a pas empêché de lancer mardi une campagne de sécurité à vélo appelée kifkif qui se déroulera tout au long de l’été.

Les comportements à risque, une responsabilité partagée

La campagne mise sur la responsabilité partagée entre automobilistes et cyclistes et encourage les usagers à partager la route de manière sécuritaire. « Le vélo connaît une popularité croissante à Montréal. Notre administration pose les gestes nécessaires pour que le réseau cyclable montréalais évolue et que les déplacements à vélo s’intègrent à notre mode de vie. Aux abords des zones de construction de nouvelles voies cyclables, comme sur les voies cyclables existantes, chaque Montréalais doit s’impliquer personnellement et modifier ses comportements à risque »,  de dire Claude Trudel, responsable de la sécurité publique à la Ville de Montréal.

Les infractions les plus fréquentes

Selon l’inspecteur-chef Stéphane Lemieux du SPVM, « les comportements à risque sont autant attribuables aux cyclistes qu’aux automobilistes. D’un côté, l’infraction la plus fréquente commise par les conducteurs est de ne pas céder le passage aux cyclistes lors d’un virage à une intersection. Nos policiers porteront une attention particulière à ce type d’infraction cet été. Nous invitons aussi les automobilistes à faire preuve de vigilance lorsqu’ils ouvrent leur portière, cette simple action peut s’avérer dangereuse pour les cyclistes qui circulent le long des voitures stationnées et passible d’un constat d’infraction. De l’autre côté, les cyclistes doivent s’immobiliser aux feux rouges et circuler dans le même sens que la circulation. Il est aussi important pour le cycliste de respecter les piétons et marcher à côté de leur vélo lorsqu’ils circulent sur les trottoirs. »

Statistiques sur les accidents à vélo

« Au Québec en 2010, 19 cyclistes sont décédés sur nos routes, soit 3 de plus qu’en 2009. Le nombre de décès pour cette catégorie d’usagers de la route a varié entre 12 et 20 par année depuis 2005. Les collisions impliquant un vélo et un véhicule sont à la source de la majorité des décès chez les cyclistes, soit de plus de 80 % de ces décès. Ces collisions sont aussi responsables de 20 à 25 % des hospitalisations chez les cyclistes. La SAAQ profite de cette activité pour rappeler quelques règles de sécurité à suivre afin de diminuer les risques d’accident. Ainsi, les cyclistes doivent respecter la signalisation, signaler leurs intentions et être visibles. Les automobilistes, pour leur part, sont invités à laisser un espace d’au moins 1 mètre entre leur véhicule et les cyclistes lorsqu’ils les dépassent », de dire Mme Sanschagrin de la SAAQ.

Les réactions sur Twitter

Voilà pour le communiqué. Maintenant, qu’en pensent les cyclistes et autres usagers de la route.

Sur Twitter, après #velomtl, un nouveau mot-clé a vu le jour, #kifkif. Voici quelques commentaires publiés après l’annonce mardi matin :

_VeloCite : Moi aussi je suis #kifkif : Chaque fois qu’on manque de me tuer par distractions, je passe sur une rouge! #VELOmtl

À venir sur @OpenFileMtl : l’absence de statistiques sur les accidents entre cyclistes ou cyclistes et piétons. #kifkif #velomtl

@perdlespedales : @RoulerMontreal Il y a beaucoup d’entités « garnementales » qui n’ont jamais vu la #Vélorution venir, ou qui ne veulent pas y croire! #VeloMtl

@MrioGrnier : Ce sera ça le Kif-Kif du @spvm; des tickets aux cyclistes et demander aux automobilistes de faire attention? http://bit.ly/j84Kka #velomtl

Suivez @Rouleravelo sur Twitter!

Dépliant

Il est possible de télécharger le dépliant de la campagne kifkif en cliquant ici.

Tour du silence du mercredi 19 mai 2010 : honorer la mémoire des cyclistes tués sur les routes du Québec

La nouvelle est tombée alors que la conférence de presse annonçant l’édition 2010 du Tour du silence venait de se terminer. Six cyclistes avaient été happés par un chauffeur de camionnette à Rougemont. On apprenait plus tard que trois avaient été tués. Trois femmes, des triathlètes.

La réaction du président de la Table de la sécurité routière ne s’est pas fait attendre. Jean-Marie De Koninck s’est désolé que trop d’automobilistes roulent sur les routes comme s’ils en étaient les utilisateurs exclusifs. Le Tour du silence, qui se déroulera dans plusieurs municipalités de la province ce mercredi 19 mai à 18 h 30, pourrait connaître une participation record vu le récent accident à Rougemont. Selon Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec, l’asphaltage des accotements est une des solutions afin d’améliorer la sécurité des cyclistes.

On encourage les gens à faire du vélo et il est normal de leur fournir les infrastructures nécessaires afin qu’ils puissent circuler sur deux roues en toute sécurité. Le message, il me semble, doit se rendre jusqu’aux élus de toutes les municipalités de même qu’aux ministères concernés.

Le Tour du silence a lieu tous les ans le troisième mercredi de mai à l’échelle mondiale (Ride of Silence). L’événement est ouvert à tous les cyclistes ainsi qu’à tous les usagers de la route. La durée des parcours varie selon le nombre de kilomètres effectués. Les cyclistes roulent en silence, escortés par des policiers. Des arrêts symboliques sont effectués à l’occasion afin d’honorer la mémoire de cyclistes décédés. Le port du casque est obligatoire.

Consultez la liste de l’ensemble des Tours du silence qui se tiendront à travers la province mercredi le 19 mai 2010. Quatorze initiatives régionales permettent de rouler pour honorer la mémoire de ceux et celles qui ont perdu la vie et pour « montrer leur solidarité aux pourfendeurs d’une saine cohabitation entre cyclistes et automobilistes », indique le communiqué de la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC).

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) est partenaire de la FQSC dans le soutien aux organisateurs des Tours du silence. L’organisation gouvernementale veut améliorer le bilan routier. En 2009, 16 cyclistes sont décédés sur les routes, 4 de plus qu’en 2008. Le Tour du silence vise à sensibiliser les usagers de la route à la vulnérabilité des cyclistes et à se souvenir des nombreux cyclistes décédés.

Chaque année, plus de 400 événements du genre ont lieu dans le monde.