Trop de cyclistes à Copenhague ou pas assez de voies cyclables?

 

Article très intéressant du blogue vélo du journal britannique The Guardian découvert grâce à RoulerMontréal sur Twitter. Le nombre de cyclistes augmenterait plus rapidement dans la ville danoise que les infrastructures cyclables pouvant accueillir tous ces cyclistes de façon sécuritaire. Résultat : les déplacements à vélo sont rendus plus stressants puisque les comportements se dégradent, les cyclistes luttant pour se faire place dans cette congestion nouveau genre.

Même si plusieurs cyclistes de la métropole se plaignent de la congestion aux heures de pointe sur le réseau montréalais, on ne peut certes comparer Montréal à Copenhague quand on parle de vélo urbain. La part des déplacements pour le travail et l’école est de 36 % à Copenhague et la Ville a pour objectif de tenter d’augmenter ce chiffre à 50 % d’ici… 2015! Alors que d’habitude plus de cyclistes signifie plus de sécurité, le problème qui touche la capitale du Danemark est épineux.

Il faut maintenant avoir des nerfs d’acier afin de circuler à vélo à l’heure de pointe à Copenhague, selon l’article… et c’est la faute aux cyclistes, pas aux automobilistes! Le manque d’espace entraîne certains cyclistes à devenir délinquants et à faire fi des règles de base de la bonne conduite à vélo. Ça vous dit quelque chose, chers Montréalais? Les touristes et les cyclistes les moins aptes à se défendre dans ce haut débit de circulation, comme les enfants, en paient le prix d’une certaine manière. Rien pour encourager les jeunes à emprunter leur bicyclette pour se rendre à l’école!

Stationnements à vélo insuffisants

De plus, le nombre de places de stationnement pour les vélos devient insuffisant pour répondre à la demande. La difficulté de trouver un espace de stationnement, peu importe son véhicule, est un frein à la vitalité économique puisque les consommateurs aiment se stationner près des commerces où ils comptent effectuer leurs achats.

Sécurité à vélo

La Fédération cycliste danoise (Danish Cyclists Federation) craint que les excellentes statistiques de Copenhague en matière de sécurité à vélo ne se renversent avec le problème de manque d’espace sur les voies cyclables. La Fédération dit comprendre que le gouvernement freine le développement du réseau cyclable tant que les cyclistes demeurent délinquants. Or, comme le dit Mikael Colville-Andersen, l’ambassadeur officieux du vélo à Copenhague, se plaire à dire que le vélo est rendu dangereux ne sert pas la cause des cyclistes, au contraire. Il reconnaît que les déplacements à l’heure de pointe demandent de la concentration et que des pistes plus larges sont nécessaires. Il croit que le vélo doit être vu comme un produit et qu’il faut faire la promotion de ses côtés positifs.

Je suis d’accord avec son approche tout en étant d’accord avec le fait de dénoncer le manque d’infrastructures cyclables sécuritaires s’il s’agit bel et bien d’un problème dangereux pour les usagers des voies cyclables. Plusieurs villes du monde entier s’inspirent de ce qui se passe à Copenhague et de voir comment les autorités agissent pour régler certains problèmes est toujours intéressant. On leur souhaite la meilleure des chances!

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s