Vélo : les cyclistes se multiplient à Montréal

Les cyclistes qui empruntent les mêmes axes cyclables depuis longtemps auraient pu vous le dire sans problème : le nombre de cyclistes augmente constamment dans la métropole. Bonne nouvelle : ils ne voient pas double puisque Vélo Québec confirme la chose avec l’étude l’«État du vélo au Québec 2010 – Zoom sur Montréal» dévoilée hier à l’hôtel de ville de Montréal.

Pressé par le temps, je vous refile quelques citations du communiqué officiel de même que des chiffres intéressants. Ma petite réflexion : je suis convaincu que l’ajout d’infrastructures cyclables de qualité incite de plus en plus de citoyens à utiliser le vélo comme mode de transport. Si la tendance se maintient, avec l’objectif de la Ville de Montréal d’augmenter le nombre de voies cyclables chaque année, les cyclistes seront de plus en plus nombreux. Les rues de Montréal deviendront plus sécuritaires et conviviales pour les cyclistes. Plus de voies cyclables veut aussi sans doute dire moins de congestion sur certaines pistes. Résultat : tout le monde en sort gagnant. Sauf les écoliers qui, comme le rapporte Gabriel Béland dans La Presse, sont moins nombreux à utiliser le vélo pour se rendre à l’école. Est-ce parce qu’ils n’ont pas de casier à vélo?

Le vélo urbain à Montréal

Que ce soit pour les déplacements utilitaires, le loisir ou le sport, 731 000 adultes enfourchent un vélo. « Je suis heureux de constater que le vélo gagne de plus en plus d’adeptes. Montréal est une ville où il fait bon vivre et où il est agréable de faire du vélo. Les 530 km de voies cyclables, l’expansion de BIXI, l’application de mesures pour réduire la vitesse des automobilistes dans les rues résidentielles ne sont que quelques-unes des initiatives mises de l’avant par notre Administration pour répondre aux besoins des cyclistes et pour sécuriser leurs déplacements », de déclarer M. Michel Bissonnet, responsable des transports à la Ville de Montréal.

« Il n’y a pas de doute que l’engouement est réel, ajoute Mme Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec. Avec les progrès que nous enregistrons au cours des dernières années, la théorie selon laquelle les aménagements contribuent à l’augmentation de la pratique est vérifiée à 100%. Ce qui est aussi particulier à Montréal c’est la complémentarité des efforts de la Ville et de ceux des organisations citoyennes comme la nôtre dans le développement d’une véritable culture vélo, qui se construit avec des infrastructures mais aussi par l’animation urbaine, comme par exemple la Féria du vélo et l’adhésion récente de Montréal au mouvement Cycle Chic. Il est important de garder le cap et de s’assurer de la pérennité de tout cela ».

Le vélo, un moyen de transport de plus en plus utilisé à Montréal
L’État du vélo au Québec en 2010 – Zoom sur Montréal met en lumière plusieurs statistiques intéressantes :

  • 84 % des cyclistes empruntent les pistes et les voies cyclables ;
  • 82 % des jeunes de moins de 18 ans ont enfourché leur bicyclette cette même année ;
  • 52 % des Montréalais ont fait du vélo en 2010 ;
  • les cyclistes montréalais parcourent en moyenne 500 km par an.

Par ailleurs, ce qui distingue Montréal des autres villes québécoises, c’est l’usage que font les cyclistes de leur vélo. En 2010, 53 % des cyclistes utilisaient le vélo comme moyen de transport alors qu’en 2000, seulement 25 % l’utilisaient pour se déplacer. Si l’on compare Montréal aux autres municipalités, on constate que 22 % des cyclistes montréalais utilisent le vélo comme principal moyen de transport alors que le pourcentage atteint 11 % pour l’ensemble de la province. À titre d’exemple, dans l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, 8,6 % des déplacements se font à vélo.

« L’aménagement de voies cyclables dans les grands axes nord-sud et est-ouest ainsi que la qualité de notre réseau cyclable expliquent la popularité du vélo à Montréal. D’ailleurs, notre priorité est de poursuivre le développement, de favoriser les déplacements dans l’île et de desservir les grands pôles de services où se trouvent à la fois les hôpitaux, les universités, les centres commerciaux et les grandes entreprises », de rajouter M. Bissonnet.

Publicités

8 commentaires

  1. À Rimouski, un circuit cyclable relie aisément tous les extrémités de la ville au principal institution scolaire (UQAR, Cégep, Polyvalente). En outre, un service de transport en commun assez bien rôder est en fonction. Malgré ce qui précède, je constate que les stationnements du Cégep, de l’Université et de la polyvalente déborde de voitures ayant souvent servi qu’à ne transporter que son conducteurs… À Rimouski, les jeunes ne sont pas sur les pistes cyclables ou sur les trottoirs. Ils sont au volant de voiture; insouciants des impacts environnementaux de leurs choix. Toutes les raisons sont bonnes lorsqu’il s’agit de parcourir les quelques kilomètres qui séparent leur domicile du centre-ville en voiture. C’est désolant !

    Alors qui sont les adeptes du transport actifs ? Quelques hommes, et surtout, quelques femmes dont la moyenne d’âge tourne autour de 35 ans.

    Moi, j’ai eu 45 ans cette année. Je chevauche ma bicyclette matin et soir du mois de mai aux premières neige depuis une dizaine d’année. Je parcours ainsi entre 3000 et 4000 km en vélo chaque année. L’hiver, j’opte pour le transport en commun compte tenu que ma municipalité ne fait rien pour accommoder les cyclistes en hiver…

  2. @contesta-terre
    C’est la même chose à Laval et la couronne nord. Il y a eu un gros engouement pour le vélo-boulot il y a quatre ans avec le bond qu’à fait le prix de l’essence, mais ça c’est essoufflé complètement. Le matin, je suis à peu près seul sur les pistes cyclables. Tant mieux si a Montréal ça augmente…mais j’aimerais bien savoir jusqu’à quel point on peut croire ces chiffres.

  3. @ Denis Roussel

    « mais j’aimerais bien savoir jusqu’à quel point on peut croire ces chiffres »

    C’est bien parce que vous n’êtes pas montréalais que ces chiffres vous paraissent un peu louche. Si vous viviez dans un quartier central vous sauriez que ces chiffres sont non seulement proche, mais je dirais même plus, en-dessous de la réalité.
    Avec tous les bouchons qu’il y sur Berri (en pleine côte!!), Brébeuf etc. les stratégies de contournement des pistes trop achalandées, je mets ma tête à couper que la part modale dans Montréal est largement au-dessus des 8,6%, surtout dans le Plateau.
    Quand on visite les Portland et autres San Francisco de ce monde qui ont supposément des taux supérieurs aux nôtres, les bras nous en tombent. Montréal est largement plus active, et cela dans une ville ou l’hiver paralyse l’activité cycliste.

  4. Reportage télé de Radio-Canada diffusé ce soir à 18h sur le vélo à Stockholm avec quelques chiffres de comparaison Stockholm/Montréal.

    Ceci dit je réitère que je ne suis pas un cycliste qui revendique plus de pistes ou bandes cyclables pour soi-disant augmenter ma sécurité: encore aujourd’hui j’ai vu une cycliste qui roulait à contre-sens sur la bande cyclable de la rue Adam ou Lafontaine…J’ai aussi croisé au moins 5 cyclistes à contre-sens sur Prince-Arthur entre St-Laurent et St-Denis…Un scénario hélas quotidien et qui se multiplie…

    http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/08/31/009-stockholm-montreal-velo.shtml

    1. @Luc Lussier
      A moins d’un changement récent, la rue Prince-Arthur est réservée uniquement aux piétons entre Laval et St-Laurent. Il faut plutôt se plaindre de la présence des cyclistes, pas seulement ceux qui circulent en sens inverse…

    1. @ Luc,

      C’est normal. C’est le manque de pistes qui pousse les cyclistes sur les trottoirs ou à contre-sens. Je le fais moi-même régulièrement, et je me fiche pas mal de ce que l’on peut en pense.
      D’ailleurs, non seulement le double sens cyclable est de plus en plus populaire en Europe, mais une modification au Code de la sécurité routière autorise les municipalités à l’instaurer sur leurs territoires.
      Donc il n’y a aucun problème de fond à circuler à contre-sens. Ce sont des blocages psychologiques typiquement nord-américains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s