Des défis supplémentaires pour Bixi

Les Montréalais sont de plus en plus nombreux à utiliser les vélos en libre-service pour se déplacer. Or, cette bonne nouvelle est légèrement assombrie par des pépins qui frustrent bon nombre d’usagers.

Un quotidien relate la frustration de Sarah Canetti, qui est arrivée en retard au travail parce qu’elle n’a pu garer son vélo, faute de station pouvant accueillir son Bixi. Un collègue m’a déjà mentionné la même chose. La crainte de la station pleine est omniprésente quand on roule en Bixi. Fait peu surprenant, les bicyclettes partagées sont plus populaires que jamais indique la Société de vélo en libre-service qui gère le système. Selon Michel Philibert, leur porte-parole, 28 000 personnes utilisent les vélos quotidiennement alors qu’ils n’étaient que 18 000 l’année dernière. Pour répondre à la demande, 200 points d’ancrage ont été ajoutés.

La redistribution des vélos représente un défi supplémentaire pour Bixi. Des camions déplacent constamment les vélos afin d’assurer un meilleur équilibre entre les stations, mais je comprends que la situation soit difficile à gérer, surtout que l’état du réseau évolue d’heure en heure.

 

Mon expérience

Utilisateur de Bixi depuis cette année, je suis à même de témoigner de problèmes occasionnels : stations pleines ou vides, pneus crevés, panier démantibulé, etc. Il n’est pas toujours agréable et efficace de se déplacer à Bixi. Or, la plupart du temps, tout va bien et je suis bien content de l’existence de ce service comme la plupart des usagers. Personnellement, je compare toujours avec les années précédentes alors que j’utilisais mon vélo personnel. Je pouvais le barrer presque n’importe où, mais je chialais pas mal souvent à propos du manque de stationnements pour vélos près des commerces.

Je pouvais compter sur un panier plus grand (une caisse de lait) que maintenant.

Mais quand il pleuvait à boire debout le matin, je laissais ma bicyclette à la maison. Même s’il faisait beau au retour, je devais utiliser les transports collectifs puisque je n’étais abonné à Bixi à cette époque.

Je me suis déjà fait couper un cadenas, mais, heureusement, j’en avais un second que le voleur n’avait pas dû voir avant d’entreprendre son larcin. En tant qu’utilisateur de Bixi, j’apprécie de ne pas avoir à me soucier de la sécurité de mon vélo. Surtout que les cadenas de qualité coûtent cher!

Bixi ne sera jamais parfait, mais le service peut s’améliorer tant que les usagers feront connaître leurs besoins. Je vous invite à le faire par le biais de la page Facebook de Bixi, un lieu très ouvert où on peut tout écrire, content ou pas.

Publicités

3 commentaires

  1. Bonjour,
    je ne suis d’un avis plus mitigé que vous en ce qui concerne les vélos partagés. Ils ont tout à fait leur place dans les grandes métropoles pour dépanner ou se balader, très pratiques pour les touristes je trouve. Mais pour ma part, moi qui vais travailler à vélo, je ne pourrai pas me passer de mon vélo dont je connais l’état exact, pas de problème de parking ou de disponibilité et question sécurité j’utilise un U et des attaches antivols pour la selle et les roues, ce qui revient moins cher qu’un abonnement Bixi. En bref, j’évite les surprises et je gagne du temps.

  2. Il existe une application pour Android (et j’imagine pour iPhone itou) qui permet de connaitre en temps réel l’emplacement des bornes de stationnement, le nombre de places et de vélos disponibles. Comme je ne suis pas bixiste, je ne peux témoigner de son efficacité, mais il me semble que voilà une solution au problème énoncé dans l’article. Des utilisateurs pourraient-ils en témoigner?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s