Cycliste gravement blessé hier soir à Montréal : délit de fuite

Ce matin, je suis en colère. Quand un des premiers articles que je lis en me levant rapporte qu’un cycliste a été grièvement blessé après avoir été happé par un automobiliste, un jeune con de 21 ans, et que celui-ci a pris la fuite, je fulmine.

Voici tout d’abord les faits.

Selon la police, vers 3 h 30, un homme et une femme dans la vingtaine circulaient sur une seule bicyclette sur la rue Beaubien en direction est. Ils ont été happés à l’intersection de l’avenue du Parc par une voiture qui circulait en direction nord. Le jeune homme, âgé de 20 ans, a subi de « sérieuses blessures à la tête ». Il était sans connaissance pendant son transfert à l’hôpital.

Le jeune femme a été traitée pour une blessure au bras et on ne craint pas pour sa vie. Selon Canoe, elle se serait agrippée au véhicule sur quelques mètres après l’impact avant de tomber au sol. Selon Cyberpresse, elle aurait été projetée sur le capot du véhicule et aurait été trainée sur 75 mètres avant de tomber au sol. Elle pourrait souffrir en plus de blessures internes. Dans un cas comme dans l’autre, je suis totalement dégoûté par le comportement de l’automobiliste.

Car le conducteur du véhicule, lui, il est parti. Tout simplement. Avec son auto qui devait être sérieusement amochée, il est parti comme si de rien n’était. Il a été arrêté par le SPVM sur l’avenue du Parc près de Jean-Talon. Il est âgé de 21 ans. L’enquête se poursuit. Pour l’instant, on ne sait pas si l’alcool était en cause.

Un bête accident

J’imagine que la plupart des cyclistes qui liront à propos de ce délit de fuite voudront obtenir la tête de cet automobiliste sur un plateau. En fait, la plupart du temps dans les cas où il est question d’un délit de fuite, on déteste davantage l’auteur du crime. Ce cas-ci ne fait pas exception.

Un imbécile qui prend son volant et qui n’est pas capable de voir deux cyclistes en face de lui, c’est dangereux. Si jamais en plus il avait consommé de l’alcool et qu’il conduisait son véhicule, personnellement, je lui enlèverais son permis pour au moins 10 ans. Malheureusement, on vit dans une société très permissive en ce qui a trait au permis de conduire. Il en faut des délits avant de se voir interdire de conduire pour de bon.

Par ailleurs, pourquoi les engins qui empêchent les véhicules de démarrer si le conducteur a trop bu ne sont-ils pas des équipements de base dans les voitures? Tous les automobilistes devraient devoir souffler dans « une balloune » intégrée au véhicule en plus de devoir composer un code d’une dizaine de chiffres afin de diminuer les chances qu’une personne ivre prenne le volant.

Une autre personne n’ayant pas bu pourrait toujours aider le conducteur à conduire en soufflant à sa place (ce qui serait carrément stupide), mais au moins, si le conducteur est seul, il ne pourrait pas utiliser son automobile.

Souhaitons seulement que la police ne conclura pas à un bête accident dans ce cas-ci. Parce qu’il est vrai que deux cyclistes se trouvaient sur un seul vélo. Ce qui, selon certains, serait suffisant pour rendre l’agression légitime pour l’automobiliste. Un peu comme quand un cycliste chute après une collision et qu’il ne portait pas de casque. Il y a toujours une petite phrase qui le souligne en fin d’article et qui sonne dans l’esprit du lecteur un peu comme « Ah ben là, il a quand même couru un peu après… »

Publicités

26 commentaires

  1. « L’homme de 22 ans et la femme de 21 ans se trouvaient sur le même vélo. Selon le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Daniel Lacoursière, le vélo ne s’est pas immobilisé au feu rouge. Les deux cyclistes ne portaient pas de casque. » (Cyberpresse)

    Je crois qu’on sait déjà comment s’orientera l’opinion de beaucoup de personnes. 2 sur 1 vélo, feux rouge brûlé, « avec » pas de casque. Le déli de fuite avec pare-brise fracassé sous l’impact deviendra vite secondaire.

  2. Bonjour, sur cyberpresse en lisant le titre j’ai eu un arrêt de coeur et dit « oh non » ça aurait pu être moi hier quand un automobiliste sur Blvd Gouin près de L’A13 m’a frôlé car si j’avais eu la négligence de perdre le control de mon vélo j’y passais…..bref dans l’article de Cyberpresse les auteurs mentionnent que les deux personnes étaient sur le même vélo, aussi je suis tannante mais le port du casque aurait surement aidé le jeune homme car (toujours selon l’article) il a subit un sérieux traumatisme crânien, sans parler (toujours dans l’article) que les cyclistes avaient grillés un feu rouge!!
    Ce matin peu avant cet accident je marchais vers ma job et j’ai croisé trois cyclistes sans lumière sans casque et qui ont grillé leur feu rouge, en tant que piéton je reste sur la rouge surtout la nuit!! Alors oui cela m’énerve beaucoup surtout le comportement du conducteur ignoble, mais M*&#E Cyclistes soyez intelligents et prudents!!!!!

    1. Il y a eu une mise à jour de l’article dans la journée puisque ce matin, il me semble, il n’était pas encore question de feu rouge brûlé, voilà pourquoi je ne l’ai pas mentionné. Pour ce qui est du casque, à Montréal, vu le danger qui guette les cyclistes à chaque coin de rue, oui, je le recommande. Mais je regrette que tout le fardeau de la sécurité soit mis sur les cyclistes. Ces derniers devraient toutefois respecter les arrêts et les feux rouge pour leur propre sécurité et le respect des autres usagers de la route.

    1. Secondaire par rapport à conduire un véhicule avec des facultés affaiblies par l’alcool, oui, parce que les victimes, quand on est à vélo, ce sont les cyclistes. Un véhicule aurait brûlé un feu rouge et aurait foncé sur des cyclistes dans l’autre direction et les victimes auraient encore été les cyclistes. Je suis en faveur du respect du Code de la sécurité routière. Mais si on compare la gravité d’une offense par rapport à une autre, il faut tenir compte des conséquences. Quand on conduit une automobile, les conséquences sont plus graves pour les autres alors qu’on s’en tire avec à peu près rien. C’est à considérer dans la réflexion il me semble.

      1. Absolument d’accord! Deux des infractions sont liés au code criminelle : conduire avec facultés affaiblies et délit de fuite. Alors que brûler un feu rouge est une simple offense à la signalisation. C’est franchement pas comparable. Si ils le font, c’est totalement avec mauvaise foi ou par ignorance.

      2. Le délit de fuite ainsi que la conduite avec les facultés affaiblis sont selon moi liées: Même accident avec un conducteur sobre, le conducteur a plus de chance de rester sur les lieux puisqu’il ne sera pas accusée de conduite avec les facultés affaiblis. Néanmoins, son devoir était de faire face à la musique après l’accident et surtout de ne pas prendre le volant.

        Ceci étant dit, aussi grave soit le délit du conducteur automobile, il ne faut pas minimiser la faute du cycliste. Je ne suis pas prêt à dire que leur faute est secondaire. Conduire avec les facultés affaiblies c’est être un véritable danger public. Mais dans un accident vélo/auto, que le conducteur soit ivre mort ou aie toute sa tête, c’est l’impact entre grosse auto et petit vélo qui blesse ou tue. Alors ne pas respecter le code de la route, c’est être un véritable danger pour soi-même et aussi un peu pour les autres.

        Changement de scénario, l’automobiliste à toute sa tête, en voyant le cycliste à la dernière minute, il met les freins. Se rendant compte qu’il va le frapper de toute façon, il bifurque et fonce dans un mur. Cycliste, n’a rien. Automobiliste, légèrement blessé. Piéton pris entre le mur et l’auto: mort.

        C’est peu-être bête et méchant mais le cycliste dans ce cas-ci est 100% responsable de l’accident. On ne peut que spéculer j’en convient mais la question se pose: s’il avait eu toute sa tête, est-ce que le conducteur aurait pu les éviter? Et s’il l’avait fait, aurait-on eu un scénario comme le mien ci-haut. On ne le sait pas et on ne le saura jamais. Ce qui est sûr dans ce cas-ci, c’est que si le vélo s’était immobilisé à son feu, l’accident ne se serait jamais produit.

      3. Blaise, votre scénario est totalement farfelu. Pour que quelqu’un meure parce qu’il a rentrer dans un mur de béton il faut de la vitesse, au moins 50 km/h voir plus. Alors que la vitesse est limité à 40kmh en ville, votre scénario ne tient plus. Il est même malhonnête intellectuellement. Comme vous l’avez dit, c’est l’auto qui tue pas l’inverse. Trouver-moi un antécédent d’accident de ce genre et peut-être que je me rétracterais..

        En passant, la vitesse était aussi en cause dans cette accident.

  3. De la même manière que vous reprochez à l’article la petite phrase « avec pas d’casque » et « deux sur le vélo », vous insinuez que le conducteur était saoûl. Pour connaître le coin, mon petit doigt me dit que les deux cyclistes l’étaient probablement aussi. Et que boire et conduire un vélo est encore plus dangereux pour soi que de conduire une voiture dans le même état (ce qui est plus dangereux pour autrui). C’est triste tout ça mais ça demeure un accident. On aura beau prendre toutes les précautions, ça arrive. Je ne chercherai pas le coupable ici. J’aurais pu être le conducteur comme le cycliste. Ce qui est condamnable c’est le délit de fuite. Ça c’est cheap. Et se faire pogner TROIS coins de rue plus loin… c’est pas malin.

    1. Je n’insinue rien. J’ai fait une supposition puisqu’à 3 h 30 du matin dans la nuit de vendredi à samedi ou de samedi à dimanche, du monde qui a trop bu, il y en a des tonnes sur les routes de la métropole. Je n’exclus pas qu’il puisse y en avoir à vélo, un véhicule pas mal moins meurtrier qu’une automobile, je tiens à le préciser. On ne pourra malheureusement faire passer d’alcotest aux cyclistes vu leur état. C’est plus compliqué quand on a subit un sérieux traumatisme crânien causé non pas parce qu’on conduisait à deux sur un vélo ou sans casque, mais parce qu’un automobiliste nous a happé. Si les cyclistes ont réellement brûlé un feu rouge, c’est un fait à considérer aussi. L’alcool au volant est dangereux peu importe le véhicule. Mais il faut aussi considérer que le danger menace toujours sur la sécurité des cyclistes et des piétons par rapport aux automobilistes. Ça ne dédouane pas les autres de leurs comportements fautifs pour autant!

    2. Cheap? un délit de fuite? Vous délirez! C’est criminel! Vous avez vu l’état de la voiture? Le gars, ils savaient qu’il était dans la merde jusqu’au cou et à juste titre:
      -il conduisait saoul
      -il allait trop vite (la force de l’impact le démontre, et l’enquête le confirmera)
      -il a frapper deux personnes et il les a blesser gravement.

  4. La prudence et le port du casque ne sont pas une panacée! Ils ne vous protègerons JAMAIS de l’imbécilité, de la négligence et de la témérité de certains automobilistes comme le ti-con d’y hier.

    Vous avez vu l’état dans lequel est le véhicule? Le pare-brise défoncé et le toit de la Ford tout cabossé. Il faut tout un impact pour faire autant de dommage.

    Même si les jeunes ont fait des choses pas très permises, c’est tout de même moins dangereux que de faire des excès de vitesse sous l’influence de l’alcool au volant d’une auto. En plus, le mec, il fuit. Il omis de porter secours à une personne en détresse. Le geste est drôlement plus grave que de brûler un feu rouge à vélo! L’un est passible d’emprisonnement pas l’autre!

  5. Je crois qu’il faut choisir ses batailles. Celle-ci est peine perdue avec toutes les infractions commises par les cyclistes (vraiment, 2 sur un vélo!?). Utiliser votre blog pour des causes qui le méritent.

    1. J’utilise mon blogue pour une cause qui me tient à coeur et je vais continuer à le faire autant que ça me plaira. Si ça vous chante de commencer à écrire un blogue sur ces pauvres automobilistes qui blessent et tuent les cyclistes, libre à vous. Si vous me lisez depuis un certain temps, vous remarquerez que j’ai toujours prôné une cohabitation des piétons, cyclistes et automobilistes sur les espaces dédiés aux transports dans nos villes. Le respect des lois, par tous, fait partie de mes recommandations pour chacun des usagers de la route.

      Cordialement.

  6. Je suis très prudente, je conduis un auto, je réside dans une zone de
    40km, heure, je respecte tous les STOP,toutes les LUMIERES, je regarde
    toujours avant d’ouvrir ma porte, je suis pro cyclistes mais, et voici mon
    gros mais, les cyclistes, qui ne respectent rien, ni les stop, ni les feux de
    circulations, deux sur un vélo a 3 heures du matin, brulé un feu rouge,
    d’accord pour le test d’alcool du conducteur, mais aussi pour les deux
    en vélo,

    1. Malheureusement, les deux cyclistes n’étaient pas disponibles pour passer un alcootest. Il ne faut pas mettre tous les cyclistes dans le même panier. Je ne connais pas un automobiliste, un cycliste ou un piéton qui n’a pas déjà enfreint à au moins une occasion le Code de la sécurité routière. Oui, les cyclistes sont très délinquants. C’est peut-être parce qu’on ne remarque plus ce que font les automobilistes (arrêts légèrement effectués, feux rouge brûlés en klaxonnant, omission de laisser les piétons traverser sur les passages piétonniers et excès de vitesse un peu partout et tout le temps). Je suis d’accord pour pointer du doigt si ça peut aider à faire changer les choses, mais il faut pointer vers toutes les infractions commises sur la route, pas juste les plus spectaculaires.

  7. Des commentaires comme celui de Mme Emond, chus pu capable!

    « Je me comporte bien mais les autres se comportent mal ». Du « Je » à outrance, de l’inconscience, de l’insouciance et de la déresponsabilisation:

    -Respectez-vous toujours la limite de vitesse en auto? Même sur l’autoroute? Mon œil!
    -Vous faites toujours des arrêts complet en auto? En comptant 3 bateau-bateau? Mon œil!

    Les accidents les plus probant sont souvent fait par des gens insouciant, qui pense toujours conduire comme il faut et qui dit tout le temps : « j’vous avais pas vu ».

    C’est beau s’enfermer dans sa bulle et penser que rien ne peut nous être reprocher.

  8. Il s’agit d’un accident impliquant deux fautifs (les 2 conducteurs) du Code de Sécurité Routière (CSR). L’accident aurait peut-être eu lieu quand même sans l’alcool au volant, nous ne le saurons jamais. Le jeune conducteur était en état d’ébriété et c’est inexcusable. Son délit de fuite encore plus. C’est malheureux pour les 2 cyclistes. Le port du casque n’y aurait peut-être rien changé non plus quant aux blessures subies. Qu’ils aient été deux sur le même vélo, qu’est-ce que ça peut déranger? Je trouve que c’est romantique. Espérons seulement que les conséquences de cet accident ne seront pas plus graves et que le cycliste ayant subi un traumatisme crânien s’en sortira. Il faut prôner une saine cohabitation sans stygmatiser l’un ou l’autre des moyens de transport. Nous faisons tous à un moment ou à un autre, une offense au CSR, nous dépassons la limite permise, nous ralentissons à un stop plutôt que de s’immobiliser complètement. L’important, c’est de ne pas mettre sa vie et la vie d’autrui en danger par notre comportement.

  9. @ Vincent Courcy (18:17:12)
    Je ne peux pas faire « Répondre »

    Mon exemple, pas si farfelu, visait surtout à démontrer que même si un accident pouvait être évité avec un cycliste contrevenant, il pouvait en créer un autre et que par le fait même, même si le cycliste est indemne, il n’est pas moins responsable, malgré que la Loi ne le verrait pas dans ce sens.

    Exemple de quelqu’un qui conduit mal et cause un accident mais n’est pas « responsable »
    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/les-patrouilleurs/201104/15/01-4390151-camion-citerne-renverse-la-circulation-reprend-sur-la-132.php

    Exemple d’un décès d’un piéton coincé contre un mur, tel que demandé
    http://www.nbcsandiego.com/news/local/Woman-Trapped-Between-Car-and-Wall-125597058.html

    Et oui, c’est l’auto qui tue et pas l’inverse. Mais quand un suicidaire se jette devant le métro, qui est responsable? Le métro ou le suicidaire qui se jette devant?

    L’automobiliste est responsable de ses fautes, lesquelles sont graves, très graves, c’est indéniable. Mais le cycliste aussi. Si vous n’êtes pas d’accord, démontrez-moi comment cet accident aurait pu se produire s’il était resté au coin de rue à faire sa lumière, et ce, sans changer la trajectoire de l’automobile.

    1. @Blaise

      Pour l’accident qui nous concerne rien ne prouve que c’est le fait que le cycliste qui a brûler le feu rouge qui est responsable de l’accident. Si la vitesse et l’alcool sont en cause sûrement que les réflexes de l’automobiliste fait en sorte qu’il n’a pu éviter l’accident. Si il avait été à jeun et il avait rouler plus lentement, il aurait probablement pu éviter l’accident. Mais encore là, RIEN ne le prouve, tant d’un bord que de l’autre. Donc, cela rend l’affaire tout à fait hypothétique, et par surcroit malhonnête de prétendre le contraire et dire que le cycliste à des tords autant que l’automobiliste, après tout c’est l’automobiliste qui a frapper le cycliste pas l’inverse!

      Pour votre exemple, j’avais très bien compris. Mais, votre exemple de piéton coincé est vaseux. Je vous demandais un exemple d’un cycliste ayant fait une infraction et par le fait même un accident où il y a eu mort et/ou blessé(es) graves du côté auto … Essayez pas d’en trouver, ça existe pas. Si, oui vraiment, c’est déjà arriver, ça relève de l’insolite et non pas d’une statistique. Et votre exemple de camion-citerne aussi ne marche pas, c’est une auto qui était responsable. On parle ici d’auto VS cyclistes.
      Encore. une fois, on prouve rien en donnant des exemples malhonnête intellectuellement

      P.S : Pour trouver qui est responsable d’un accident, demander aux assureurs, se sont eux qui fixent la responsabilité dans les cas d’accident, gracieuseté du « No Fault » de Madame Payette. À savoir, qui est le plus responsable quand il y a infraction des deux côtés ça reste à voir! … Je pencherais du côté de l’automobiliste parce qu’il conduisait ivre, même si le cycliste était ivre aussi, une auto c’est plus dangereux qu’un vélo!

      1. « Pour l’accident qui nous concerne rien ne prouve que c’est le fait que le cycliste qui a brûler le feu rouge qui est responsable de l’accident. »

        Donc l’accident aurait eu lieu peu importe si le cycliste était resté de son côté de la ligne? J’en doute. Je le répète, je l’enlève aucune responsabilité à l’automobiliste sur ses actes, lesquels sont pénalement illégaux de surcroît. Néanmoins, si le cycliste avait respecter le code de la route, nous n’aurions même pas cette discussion.

        « après tout c’est l’automobiliste qui a frapper le cycliste pas l’inverse! »
        Toujours en suivant votre raisonnement, à ma question: « quand un suicidaire se jette devant le métro, qui est responsable? Le métro ou le suicidaire qui se jette devant? » Vous répondez le métro? Après tout, c’est lui qui l’a frappé. Si je vais marcher sur la ligne jaune de St-Denis, est-ce que c’est vraiment l’auto qui va me frapper la responsable? Encore une fois, vous devez répondre oui.

        « Pour votre exemple, j’avais très bien compris. Mais, votre exemple de piéton coincé est vaseux. »
        Si vous vous accrochez dans les détails de la « faisabilité » de mon exemple (dans lequel il n’est d’ailleurs jamais question de blessure côté conducteur automobile), c’est que vous n’avez pas compris.

        Voici donc un autre exemple qui m’est arrivé voilà 2 ans. Je roule sur la piste de Maisonneuve, près de St-Denis. Avant d’arriver au coin (+- quoi, 50m), un piéton traverse devant moi à peut-être même pas 5m de moi, sans regarder, pas à l’intersection, la lumière au coin est verte pour Maisonneuve, bref, il n’a pas d’affaire là. Je mets les freins et par réflexe atterri sur mes pieds avec mon vélo qui est entre mes jambes. J’avais des runnings dans les pieds donc le caoutchouc aide le freinage. La force du freinage et de mon corps projeté en avant font lever ma roue arrière à la hauteur d’une tête. Le cycliste qui me suivait a mangé la dite roue sur la tête. (Le casque a pris le choc et le cycliste n’a rien eu sinon de la poussière dans les yeux, si ça peut vous rassurer) Techniquement et légalement, c’est le cycliste qui me suivait qui est responsable de ce qui lui arrive. On dira qu’il me suivait de trop près. Mais dans les faits, est-ce que ce n’est pas le piéton qui a le gros à se reprocher? Lui n’a rien eu sauf une frousse, mes freins étaient neuf en plus, comble de chance pour lui. Mais tout ça, c’est sa faute. Et ne me sortez pas que c’est pas la même chose parce que personne n’a été blessé en bout de ligne. Le cycliste qui me suivait aurait très bien pu recevoir ma béquille dans l’oeuil à la place.

        Alors mon point c’est que, oui, une auto est une arme mortelle face à un cycliste ou un piéton et les automobilistes devraient en être plus conscient. Oui, conduire avec les facultés affaiblies (ce qui comprend somnoler au volant en passant, ya pas juste l’alcohol et les drogues) s’est être un vrai danger public. Mais conduire/rouler/marché comme si la route nous appartenait sans se soucier des règles, c’est se mettre en danger et ça peut aussi être mettre les autres en danger. C’est pas parce qu’on est le plus petit qu’on est pas responsable de nos tords. Malheureusement, le cycliste et sa passagère paient le gros prix pour apprendre la leçon. S’ils s’en sortent, ce que j’espère, je ne serais pas surpris qu’ils lutteront contre l’alcohol au volant, mais j’espère qu’il y penseront aussi à deux fois avant de traverser quand c’est rouge.

  10. @Blaise

    J’aime bien votre exemple du freinage. La cause de l’incident est le piéton, on s’entend. En plus, il est en infraction; il traverse au mauvais endroit. Mais, dans la loi, si il y a avait eu plus de dommages, se serait votre ami qui aurait été responsable de son propre malheur. Le piéton aurait peut-être eu une amende et c’est tout. Avec le no-fault, votre ami aurait eu aucun recours devant la SAAQ, parce que c’est un accident piéton/vélo et ce n’est pas couvert par la SAAQ ou il aurait pu poursuivre le piéton au petite créance, sans plus.

    Morales:
    1- La loi est mal faite. Les réelles responsables des accidents ne sont jamais vraiment responsables devant la loi. Gracieuseté du no-fault.
    2- Impossible de se faire justice quand on est léser. Merci no-fault.
    3- La justice nous pousse à se faire justice soi-même.

    J’en ai une histoire du même genre:

    À l’intersection de St-Dominique et Ontario, un énorme camion de livraison est arrêté sur le coin et bloque la vue à tout le monde. Il n’a pas droit de se stationner là. Un pick-up qui descendait St-Dominique essaie tant bien que mal de voir quelqu’un s’en vient à sa gauche avant de continuer son chemin et il me voit pas. Je m’en viens à 40km/h à vélo et je lui rentre dedans à plein fouet parce qu’il c’était trop aventurer dans la rue. Résultat, j’me suis retrouver sur la banquette à ces côtés! La portière, le miroir, la fenêtre, mon vélo, tout ça bousiller. Qui est responsable? Tout ça, c’est passer devant une caserne de pompier avec plein de témoins (des pompiers). Ils ont fait venir la police et même une ambulance (pas nécessaire). La police a refuser de donner un PV au camion, même si il était en infraction! Et deviner quoi? Les assurances du pick-up m’ont trainer en justice pour les dommages aux pick-up.

    Alors svp, quand on parle des responsabilités, veuillez ne pas errer! L’exemple du métro, ça aucun rapport avec l’incident qui nous préoccupe. Un suicidaire… come on! Vous saviez peut-être pas que la STM pourrait très bien poursuivre la famille pour les dommages fait au métro?! Parce que, la SAAQ, ici n’a aucun pouvoir, ce n’est aucunement un accident de la circulation. En plus, pour être couvert, ça prend absolument un véhicule en mouvement.

    Chaque exemple ou circonstances doit être pris comme cas unique. On peut pas généraliser sur ces faits. C’est pour ça que je dis que vos exemples sont vaseux! Dans le cas qui nous occupent, vous prétendez que si le mec avait brûler le feu rouge rien ne serait arriver. Ce que je trouve tout à fait ridicule! Vous êtes devin? L’automobiliste était saoul, il aurait très bien pu renverse une poubelle ou rentrer dans une autre auto, ou rentrer peinard chez lui. On nage dans l’hypothétique. Ce qui est s’avère être un fait:
    1- l’automobiliste était saoul
    2- il a frapper un cycliste
    3- il a fait un délit de fuite
    4- il n’a pas porter secours aux blesser
    5- le cycliste est gravement blesser
    6- L’impact a été brutal, vu les dommages fait au véhicule.

    Les choses qui s’avèrent moins un fait:
    1- Le cycliste était ivre?! (aucune confirmation de la chose)
    2- Le cycliste a vraisemblablement brûler un feu rouge (qui l’as relater? des témoins? la passagère, le chauffard?) .. Brûler un feu rouge?! Est-ce que c’est passer sur le jaune-foncé comme tout le automobilistes font à Montréal??

    1. « Alors svp, quand on parle des responsabilités, veuillez ne pas errer! »
      Premièrement je n’erre pas. Je montre un contre-exemple simple démontrant que contrairement à votre autre affirmation : « après tout c’est l’automobiliste qui a frapper le cycliste pas l’inverse! » ce n’est pas celui qui frappe qui est automatiquement responsable, comme l’affirmation le laisse entendre. Si vous n’aimez pas cet exemple où vous venez y mêler la SAAQ, prenez mon 2e du piéton au milieu de la chaussé. (Et oui je sais que la STM pourrait poursuivre. Elle ne le fera sans doute jamais, mais elle serait dans son droit).

      « vous prétendez que si le mec avait brûler le feu rouge rien ne serait arriver. »
      En fait je prétend le contraire, à savoir la situation s’il n’avait pas brûler le feu rouge. Ensuite, je ne prétend pas qu’il ne serait rien arrivé, mais cet accident bien précis ne serait pas arrivé. Bien ivre, le conducteur aurait pu divergé de sa route et aller frapper le cycliste qui attendait son tour, à sa place pour une lumière rouge. Je ne suis pas devin pour répondre à votre question. Mais si le cycliste avait respecté sa lumière et que l’automobiliste l’avait tout de même frapper, nous n’aurions pas cette discussion puisque dans ce cas-là, le cycliste n’aurait pas été en faute et n’aurait donc aucune responsabilité dans l’accident. Là, il était en faute et tout ivre que pouvait être le conducteur, il ne faut pas oublié la responsabilité du cycliste.

      C’est bien que vous vouliez vous arrêter aux faits, mais il faut prendre tous les faits en considération, pas uniquement ceux qui vont dans le sens de votre argumentation. Ainsi, il faudrait modifier votre deuxième point: il a frapper un cycliste qui brûlait un feu rouge et qui n’avait donc pas d’affaire là. Pour reprendre le slogan de la SAAQ: on est tous responsable de notre conduite, le cycliste aussi.

      Concernant vos points moins factuels:

      « le cycliste était ivre », relisez les post précédents, vous êtes le seul à faire cette affirmation.

      « Le cycliste a vraisemblablement brûler un feu rouge » De cyberpresse: « Selon le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Daniel Lacoursière, le vélo ne s’est pas immobilisé au feu rouge. » Si la police en fait la déclaration, c’est qu’il y a plusieurs témoignages qui corroborent les faits. Jouez franc jeu. Si on rapporte que c’est arrivé, on fait avec ces informations. Sinon, on pourrait aussi remettre en cause qu’il était ivre. Ça n’a pas de sens.

      Mais là ou vous vous permettez d’errer: « Est-ce que c’est passer sur le jaune-foncé comme tout le automobilistes font à Montréal?? » C’est pas parce que « tout le monde le fait » que c’est bien et qu’on est moins responsable de ce qu’on a fait.

      Dans votre exemple, ce qui me surprend (outre que vous en soyez sorti indemne), c’est la poursuite de l’assureur. Dans un premier temps, les assureurs sont généralement retissant à poursuivre piétons et cyclistes pour les dommages matériels, surtout s’ils ont été blessé. Le fait que vous ne l’ayez pas été a peut-être joué dans leur décision. Ensuite, mais surtout, l’assureur poursuivra l’autre partie s’il est fautif. Or, au coin Ontario/St-Dominique, il n’y a pas d’arrêt sur Ontario mais il y en a un sur St-Dominique. Au sens des responsabilités déterminés par les compagnies d’assurances, c’est le pick-up qui est responsable car il devait s’assurer que la voie était libre. Ce qui est vraiment plate j’en conviens, c’est que la responsabilité du camion mal stationné n’est pas prise en cause, il y a là un trou dans les échelles de responsabilité selon moi. Ceci dit, je comprend que la police ne lui aie pas servi de ticket. Merci Montréal! (sarcasme) Dans cette belle grande ville, ce n’est pas la police qui donne des tickets pour stationnement, mais la ville avec ses ptits bonhommes gris en voiture rouge. Ne pas se stationner à moins de 5m (me semble que c’est 5m) d’une intersection n’est pourtant pas un règlement de la ville mais dans le code de sécurité routière, ce qui est l’affaire de la police.

  11. 2 petites rectifications:

    Un petit mot change tout! J’ai omis de mettre un « PAS »
    « vous prétendez que si le mec N’avait PAS brûler le feu rouge rien ne serait arriver. »

    « le cycliste était ivre », relisez les post précédents, vous êtes le seul à faire cette affirmation.
    Effectivement, mais dans les médias ils ont affirmés aussi la même chose. « 3 heures du matin, à la sortie des bars ». Ils ont laissés entendre que le cycliste était peut-être ivre. De plus, la police a fait un prélèvement sanguin sur le cycliste. C’est pour ça que je disais que ce n’était pas factuel. Comme une information du genre : « il ne portait pas de casque » -> ce qui insinue que si il avait un casque, il se serait moins blesser, ce qui est faux et biaiser.

    Pour le 5 mètre c’est effectivement la responsabilité de la police. Mais Oh grand jamais appliquer. En fait Infoman avait déjà fait un reportage là-dessus qui démontrait que le 3/4 des stationnements à Montréal étaient pas légal. voir dangereux. Mon point concernant ces fameux stationnements fait que la visibilité à un coin de rue n’est pas bonne et que des accidents pourraient être éviter si seulement la foutue loi était appliquée. Mais bon, c’est hypothétique comme dire que si le cycliste n’avait pas brûler la rouge, il ne se serais pas fait frapper!

  12. Oui, les cyclistes ont traversés sur la lumière rouge, oui ils étaient deux sur le même vélo et oui, ils ne portaient pas de casque. Pourtant, l’impact aurait très bien pu être évité. Le conducteur roulait beaucoup trop vite, l’avenue du Parc à la hauteur Beaubien est une zone de 50km/h, le chauffeur allait beaucoup plus vite que cela. Oui, c’est confirmé, il était ivre. Il n’a même pas ralenti après l’impact, pourtant il a traîné la jeune fille sur 75 mètres. Le jeune homme happé avait le crâne ouvert lorsque l’ambulance est arrivé et la jeune fille eue des blessures aux bras et internes. Je crois que si le jeune homme aurait porté un casque, il n’aurait pas eu sa terrible blessure, mais je blâme le chauffeur avant tout. Ce n’est pas qu’un « bête accident », c’est un accident très grave qui aurait pu être fatal. J’espère seulement qu’il sera sévèrement puni.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s