Transports actifs à Laval : de 7 % à 14 % d’ici 2031… et des supports à vélo sur les bus dès 2013

Avec le dévoilement de son Plan de mobilité durable, la Ville de Laval voit la vie en vert, rien de moins. Reste à voir si ses citoyens-automobilistes accepteront d’avaler la petite pilule qui leur permettra de voir la vie de la même couleur.

Ainsi donc, la banlieusarde Ville de Laval dévoilait cette semaine son plan de mobilité durable intitulé « Laval 2031 – une ville en mouvement » qui porte le logo ÉvoluCité et le slogan « Laval vers l’équilibre urbain ». C’est bien, au moins, dès la page couverture, on reconnaît qu’il y a déséquilibre.

La mesure 14

La mesure 14 s’appelle Encourager le transport actif. L’autoroutière Ville de Laval a un objectif global de réduire de 50 % les GES par habitant liés au transport des personnes dites lavalloises d’ici 2031. Il va s’en dire que pour y arriver, les transports actifs seront mis à contribution.

« La nécessité de favoriser le transport actif répond tout autant à un enjeu de santé publique qu’au besoin de réduire l’utilisation de l’automobile et ses impacts environnementaux. Plus encore, les interventions en matière d’aménagement susceptibles d’encourager ce mode de transport s’inscrivent dans une approche d’urbanisme durable valorisant la qualité des milieux et une vie de quartier plus conviviale », peut-on lire dans le document. Woohoo!, le développement durable a franchi le nouveau pont de la 25…

Transports actifs : de 7 % à 14 %

Un peu moins de 7 % des habitants de l’île située au nord de Montréal utilisent la marche ou le vélo dans leurs déplacements. De plus, seulement 40 % de ces déplacements peuvent être qualifiés d’utilitaires (travail, études, magasinage). « Les aménagements pour les déplacements actifs existent depuis longtemps à Laval, mais il y a encore trop peu de parcours cyclables et piétonniers continus pour permettre au transport actif de prendre davantage d’importance », est-il écrit dans le document. Des infrastructures de qualité, efficaces et sécuritaires sont à la base de tout développement, c’est bien vrai.

La Ville de Laval reconnaît que le mode d’urbanisation qu’a connu la ville a laissé peu de place aux transports actifs. Reconnaître ses torts, c’est le premier pas vers la guérison, n’est-ce pas? On dit ceci : « Quant au réseau cyclable, il est surtout aménagé dans une perspective de loisir plutôt que comme une véritable infrastructure de transport. »

Plan de mobilité active

« La Ville de Laval élabore un Plan de mobilité active qui aura pour dénominateurs communs la sécurité des piétons et des cyclistes, la qualité des aménagements et la fonctionnalité des réseaux, afin que (il manque un le dans le texte) transport actif devienne une option de choix pour les déplacements utilitaires. » La part modale du transport actif devrait passer de 7 % à 14 % d’ici 2031.

« La Ville devra mettre en place un réseau cyclable artériel desservant mieux les pôles générateurs de déplacements, développera des liens interrives, améliorera les liaisons interquartiers ainsi que l’accès aux secteurs enclavés par les diverses barrières qui morcellent le territoire.  La disponibilité des places de stationnement aux stations de métro et aux gares de trains de banlieue devra être augmentée : excellente initiative!

Plan directeur du réseau de voies cyclables 

« Ce Plan de mobilité active sera suivi par l’adoption d’un Plan directeur du réseau de voies cyclables de la Ville de Laval. Ce plan comprendra le réseau cyclable structurant ainsi que celui développé à des fins de loisirs. Le réseau préliminaire actuellement à l’étude est présenté ici (pages 96 et 97). Un échéancier de mise en œuvre de ce réseau cyclable sera présenté à la population lavalloise et constituera l’une des lignes de force de l’aménagement d’une ville plus active.

Supports à vélo

La Société de transport de Laval (STL) débutera l’installation de supports à vélo sur ses autobus en 2013.

Publicités

2 commentaires

  1. Ouin, pas certain que les voisins gonflables vont laisser leurs VUS à la maison. Quand aux autobus, ils pourraient commencer à apprendre à vivre à leurs morons de chauffeurs dangereux, après on pourra installer des supports sur les bus.
    Quand au 7%, je n’y crois pas du tout dans le contexte de transport actif. C’est un pourcentage nettement exagéré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s