Accident : un cycliste de Québec poursuit les maîtres d’un chat pour 100 000 $

À première vue, je me suis dit : « c’est quoi encore cette affaire-là?!? ». Puis, après avoir lu l’article, j’ai vérifié la date. Non, nous sommes pas le 1er avril. Je suis toujours en faveur du cyclisme responsable. Or, quand un cycliste victime d’un accident causé par un chat poursuit les propriétaires du félin pour 100 000 $, je demeure perplexe. J’imagine que ça va passer.

L’affaire n’est pas totalement ridicule puisque le cycliste, Marcel Desrochers, décrit comme étant un barbier et un fervent cycliste, a subi des contusions, des coupures et des éraflures à la suite de l’accident, mais surtout une « déchirure majeure à la coiffe des rotateurs de l’épaule droite sans perspective d’amélioration possible pour l’avenir ». Je ne suis pas l’auteur de cette phrase et donc pas responsable de l’utilisation du mot « coiffe » pour parler de l’accident de ce barbier-cycliste.

Le cycliste de la région de Québec, donc, terminait une randonnée de 60 km le 15 août 2010 à Laurier-Station. Il a alors percuté un chat sorti subrepticement du dessous d’un véhicule. Il a chuté et s’est blessé.

Il réclame 101 400 $ à Serge Bouchard et Renée Demers, les maîtres du félin, ainsi qu’à leur assureur, parce que la cause de l’accident est «entièrement due à la faute, imprudente, négligence et incurie des défendeurs (…), qui le sont à titre de propriétaires et gardiens de leur animal domestique», selon ce qui est écrit dans la poursuite.

Qui a raison?

Je souhaite à M. Desrochers de pouvoir continuer à rouler à vélo malgré sa blessure. Je suis le premier à dénoncer les infrastructures déficientes ou les comportements sur la route qui peuvent causer des accidents à des cyclistes. Mais de laisser sortir son chat dehors n’est pas de la négligence, du moins, il me semble.

Il m’arrive de devoir ralentir parce que les oiseaux montréalais ne se tassent pas d’un centimètre quand j’arrive à leur hauteur sur la piste cyclable. Je dois alors les contourner. Je sais qu’un chat qui surgit devant soi n’est pas la même chose. Il y a l’élément de surprise, de dernière minute, etc. D’un autre côté, les oiseaux montréalais ont un petit côté sauvage. Un peu plus et ils nous attaquent pour tenter de rouler sur « leur » piste cyclable.

Je me demande bien comment le juge va aborder l’affaire d’un point de vue juridique. À moins que les maîtres du félin (non, je n’ai pas de détails sur ce qui est arrivé au félin, mais j’imagine le pire) ne décident d’allonger les 100 000$ réclamés. Un petit oiseau me chuchote à l’oreille que la chose semble peu probable et que le cycliste devra sortir les griffes pour obtenir son dû.

Je crois que les chiens doivent être tenus en laisse à l’extérieur. Pour les chats, quelqu’un sait ce qui s’applique? Est-il illégal de laisser sortir son chat dehors? Je pose des questions, je me doute des réponses, mais puisqu’il y a une poursuite dans l’air à ce sujet, je me demande bien comment cette affaire va se terminer!

Publicités

6 commentaires

  1. Le demandeur à de grandes chances de remporter son procès: « la personne qui subit un dommage à cause d’un acte posé par votre animal, n’a pas à prouver que vous avez personnellement commis une faute. Il lui suffit de prouver que l’animal, dont vous êtes le propriétaire, lui a causé un dommage. » http://www.educaloi.qc.ca/loi/nos_autres_capsules/130/
    La somme de 100.000$ est probablement irréaliste mais l’objectif est peut-être d’obtenir une entente hors cour, à l’usure, quand les frais d’avocats commenceront à grimper. Compter 15.000$ de frais d’avocat jusqu’au procès. On est clairement dans le cas d’un client enragé et donc prêt à faire tourner le compteur d’un avocat opportuniste (pléonasme).

    1. Merci beaucoup pour cette précision François. Alors si je comprends bien, c’est pas si bête que ça comme poursuite… Bon, le soleil commence déjà à taper fort aujourd’hui. J’aime votre trait d’humour à propos des avocats!

      Bonne journée!

      Dominic

  2. C’est « bête » comme accident mais combien tellement fréquent. Si c’était une cause de la CSST, on ne s’offusquera pas du montant. N’oubliez pas qu’une incapacité permanente sur plusieurs années peut coûter très cher.

    Mais j’ai un gros doute sur le dénouement, le Québec avec son « no fault » réussi toujours à déjouer le gros bon sens. L’an dernier, un bébé avait été laissé sans surveillance avec 2 chiens. L’un des 2 chiens avait tué l’enfant. Pour ma part, il y avait négligence des parents, je me demande si les parents ont été condamnés et si le propriétaire du chien a été poursuivi…

  3. Et si les propriétaires du chat poursuivaient le cycliste pour détreste psychologique suite au décès (ou blessures) de leur animal de compagnie.
    Toutes ses poursuites sont ridicules. Qu’est-il advenue du concept d’accident?
    J’ai percuté un autre cycliste l’an dernier qui s’es soudainement mis à zigzaguer devant moi. J’ai été privé de faire du vélo durant 7 semaines à cause d’une blessure. J’ai bien pensé lui réclamer la valeur de mon casque, mais ce n’est pas mon genre. Trop naïf peut-être de croire que les gens peuvent s’en tirer encore aujourd’hui en exprimant un « je suis désolé » sincère.

  4. @Sebastien D
    Je suis peut-être trop exigeant envers la nature humaire mais c’est vrai que beaucoup de gens ne se posent pas trop de question dans la vie. Un chat libre, en ville ou à la campagne peut quand même causer des dégâts. Quand une chatte en chaleur miaule en pleine rue durant toute la nuit, même si c’est la nature, il faut avouer que c’est un peu dérangeant. Quand un chat est laissé sans surveillance pendant plusieurs jours, c’est de la négligence. J’en connais un bout sur les chats et il n’est pas vrai que tous les animaux peuvent s’adapter à la vie sauvage pendant plusieurs jours. On a beau dire ce qu’on voudra mais l’espérance de vie des chats en liberté n’est vraiment pas la même que des chats bien dorlotés en captivité. La preuve, le chat en question est dans quel état aujourd’hui? Le propriétaire d’un animal doit prendre conscience qu’il a des responsabilités mais c’est si facile de ne pas les voir. Ok, la plupart des gens prennent pour acquis qu’un chat a le droit d’aller et venir ou bon lui semble mais dans l’idéal, il devrait avoir les mêmes limites que le chien, soit l’accès au terrain de son proprio et à certains espaces publics. Il y a beaucoup de tolérance qu’on octroit aux animaux qu’on ne donne même pas aux humains. J’ai souvent vu des enfants se faire dire d’aller jouer ailleurs d’un terrain de banlieue alors que des chats se servent du même terrain comme litière pendant que le propriétaire dort!

    De plus, il n’y a rien de naturel à ce que des chats se retrouvent en pleine ville à se promener dans les rues. À l’état sauvage, le chat est furtif et passe la plupart de son temps éveillé à chasser. Donc, un chat qui sort de sous un auto n’est pas trop naturel car il y a de forte chance qu’il s’agisse d’un chat domestique.

    Tout cela pour dire que vous parler d’un simple accident, c’est vrai, mais si le chat avait été un gros chien sans laisse ou même une personne qui décidait de passer au moment de votre passage (comme il arrive si souvent sur une piste cyclable), diriez-vous que c’est un simple accident ?

    A une certaine époque, je pensais un peu comme vous, mais je trouve qu’aujourd’hui le respect envers les autres est une qualité qui se perd et peut-être que les poursuites judiciaires que vous trouvez ridicule, feront prendre conscience à quelques personnes qu’on vit en société. Lorsque le respect sera en vigueur, j’accepterai, volontier, les excuses lors d’un accident…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s