La délinquance des cyclistes selon le journal 24 H

Le journal 24 H a publié hier un article où on apprend que les cyclistes montréalais sont « encore délinquants ». Rien de neuf sous le soleil. Le comportement de tout Québécois qui circule en voiture, à vélo ou à pied est le même. Une partie respecte à 90 % le Code, l’autre partie pas mal moins.

Je suis en faveur du respect du Code par les cyclistes même si je crois qu’il devrait être adapté. Si on permet le virage à droite sur feu rouge aux automobilistes (en dehors de l’île) malgré les blessés, peut-être pourrait-on le permettre pour les cyclistes sur l’île (pas pour les automobilistes toutefois). Je me questionne aussi sur l’obligation de l’arrêt complet. Quand il n’y a personne, un ralentissement marqué ne serait-il pas suffisant?

Reste que pour l’instant, les cyclistes doivent respecter le Code de la sécurité routière et que visiblement, c’est difficile selon l’article. Je m’étais amusé à cet exercice à deux reprises lorsque j’ai commencé à écrire ce blogue en 2008. Deux fois, dans des articles intitulés 60 minutes au coin de…, j’ai relaté les méfaits des cyclistes. Je me suis fait vertement accusé d’être du côté des automobilistes alors que le but de l’exercice était d’avoir l’heure juste sur les comportements cyclistes à une intersection donnée d’une façon pas scientifique du tout.

Je n’ai rien contre ce genre d’article dans les journaux puisque je trouve, comme Suzanne Lareau le mentionne dans l’article, que les cyclistes qui brûlent les feux de circulation et qui enfreignent d’autres règles donnent une mauvaise image des cyclistes. C’est la manière polie de dire que les automobilistes ragent de nous voir agir de la sorte et qu’ils adoptent par la suite des comportements dangereux à l’égard des cyclistes afin de nous donner une leçon ou quelque chose du genre.

J’aimerais toutefois que les journalistes fassent la même chose avec les automobilistes. Ils en verraient des arrêts « oubliés », des feux de circulation peu respectés, des comportements dangereux, des priorités aux piétons et aux cyclistes bafouées et des limites de vitesses pas du tout respectées. Les cyclistes et les piétons ne sont pas les seuls à devoir se faire pointer du doigt.

Publicités

15 commentaires

  1. C’est surtout que si un cycliste omet de s’arrêter complètement à un arrêt, ou quelque autre non-respect du code, il ne risque pas de tuer grand monde… Il me semble que cela fait une différence, non? Je ne vois pas pourquoi on s’attendrait à ce que les cyclistes soient plus blancs que blanc, alors que si un automobiliste TUE un piéton ou un cycliste, le pire qu’il puisse lui arriver c’est une contravention de $30…

  2. à vélo, on a une meilleure visibilité qu’en voiture: nous sommes plus haut et pas entouré de métal et de quelques vitres comme le conducteur d’une voiture l’est. Nous voyons les choses moins hautes que la portière, comme les enfants, les poussettes, mais aussi nous voyons au dessus des voitures. Il est plus facile pour nous de voir si nous devons marquer un vrai arrêt, ou si un arrêt un peu mollasson suffît. Enfin, un vélo est fin et ne pèse que 10 kg: tellement maniable, qu’on peut se faufiler, d’arrêter ou continuer comme on veut. En voiture, c’est pas ça du tout. Et puis je crois que le fait de faire de devoir faire de l’effort nous tient éveillés, pas comme un conducteur de voiture… Et puis nous savons que nous sommes vulnérables sur la route, les risques que nous prenons des fois, sont souvent bien calculé. En voiture, nous nous croyons toujours dans notre bon droit, même lorsque nous mettons en danger piétons et cyclistes, car on ne se mesure qu’a nos semblables, les autres voitures. LEs piétons et cyclistes ne comptent pas dans notre guerre quotidienne.

  3. D’abord, êtes-vous surpris qu’un média Quebecor se comporte ainsi? Ceci étant dit…

    A Montréal, il y a plutôt « poly-délinquance » où chaque groupe (automobilistes-cyclistes – piétons) a l’air en guerre avec l’autre.

    D’abord la priorité: qui a priorité sur qui? Partout sur Terre (dans les livres et les codes de la route, donc, en théorie), le plus petit a toujours priorité sur le plus gros. Donc le piéton a priorité sur le cycliste, qui a priorité sur l’automobiliste, qui a priorité sur le multi-essieux, etc. Facile, non? Et pourtant… A Montréal, c’est la guerre… Où les cyclistes ne sont pas toujours impliqués: avez-vous déjà remanrqué la cohu et les dangers que représente le simple fait de traverser la rue au coin Ste-Catherine et n’importe quelle rue transversale au centre-ville? Quel enfer!

    J’habite le long de la piste cyclable (Boyer) et c’est un lieu privilégié pour dénoter la délinquance des cyclistes et leur négligence sécuritaire: envahissement du trottoir (des trottoirs devrais-je dire…), absence d’éclairage (assez généralisé) pour qu’ils soient visibles à l’aube, au crépuscle ou à la noirceur. Cet équipement minimal et peu dispendieux devrait être obligatoire, bien plus que le casque qui, dans ce cas, relève d’une décision de sécurité personnelle (l’éclairage est pour une question de sécurité collective).

    Le comportement de ces délinquants (ils sont quand même pas mal nombreux) ne doit toutefois pas être le seul condamnable. Mais là, allez-donc expliquer ça aux « journalistes  » de Quebecor media…

    1. Si je me souviens bien, les éclairages sont déjà obligatoires, du crépuscule à l’aube, mais pour une raison que je ne comprends pas (car je suis d’accord avec J-F Lacerte), les campagnes sur la sécurité en vélo n’en parlent jamais.

  4. C’est vrai que les cyclistes sont parfois moins respectueux du code la route, mais ils ne faut pas oublier qu’ils ne mettent que leur vie en danger. De plus, le permis de conduire n’est pas obligatoire pour circuler en vélo, alors ce n’est pas dit que tous les cyclistes connaissent les règles pour signaler leurs virages.

  5. Le cycliste trouvera toujours de bonnes raisons pour ne pas se conformer au code de la route, il se croie « différent » et « supérieur » aux autres usagers de la route et surtout qu’il fait pas de dommage en cas d’accident. Le but premier du code de sécurité routière, c’est justement la sécurité! La sécurité n’est pas juste d’éviter de tuer ou de blesser gravement une personne, ça sert à éviter les acccidents, même les petits. Quand un cycliste insouciant ne fait pas son stop et ne respecte pas les priorités, il fait perdre du temps aux autres et crée de le frustration. Combien de fois dois-je attendre, en vélo, après avoir fait mon stop qu’un automobile (qui a la priorité sur moi) me fait attendre sur le coin parce que d’autres cyclistes derrière moi ne feront pas leur arrêt obligatoire? Au delà du code de la route, il y a également le civisme et le savoir-vivre qui n’y est pas. Est-ce qu’on voit des automobiles venir dépasser tout le monde sur un arrêt obligatoire ou sur un feu rouge? Il n’y a qu’avec les piétons et les cyclistes qu’on voit cela. Récemment, sur la rue Mont-Royal, bondé de gens, une mère et son enfant dans son carosse. Tout le monde s’efforce de la dépasser en bonne et due forme en attendant que le chemin se libère. Elle arrive au feu rouge, beaucoup de gens attendent le feu vert. Elle embarque dans la rue et passe sur le feu rouge. Résultat, tous les gens qui l’avaient dépassée poliment doivent recommencer… C’est ça le manque de civisme, il faut penser aux autres, voir plus loin que le bout de son nez, on n’est pas seul dans l’univers. Même chose pour le cellulaire. Cela ne vous donne pas le droit, lorsque vous marchez sur un trottoir bondé, d’utiliser tout le chemin et de se « foutre » des autres parce que vous avez une conversation au téléphone.

    Parmi tous les automobilistes, ceux que je respecte le moins sont les taxis. La raison est fort simple, il ne respecte pas les autres sur la route, font souvent des manoeuvres dangereuses, bloquent les rues pendant plusieurs secondes voire des minutes. Ils coupent également plusieurs voies pour ramasser un client et une multitude d’infractions trop long à nommer. C’est le même raisonnement pour les cyclistes. Ils font n’importe quoi et les automobilistes n’ont aucun respect pour eux et parmi cela, c’est humain, beaucoup voudront leur faire la leçon!

  6. Un cycliste qui roule à vive allure sur les trottoirs transfert son problème (de peur de rouler dans la rue) aux piétons. Un cycliste qui n’a pas d’éclairage sur sa bécane est aussi un danger public. Quand on le leur dit, on reçoit comme réponse une obscénité et un « finger ».

  7. Depuis l’année dernière, je fais mes stops comme il faut.
    Y a rien là. Ça me ralentit de quelques secondes par stop. C’est quoi le problème?
    Stop, c’est un mot français qui veux dire exactement ce à quoi on pense quand on pense à un stop octogonal rouge sur un coin de rue.
    Le mot juste c’est stop. Ils ont dépensé une fortune pour remplacer tous les stops par des arrêts. Un vrai gaspillage.

  8. prostef a raison: le velo est un moyen superieur dans une ville dense – voila quelques faits qui sont incontournables:

    – le plus important: on tue pas des autres
    – c’est plus flexible et ca prend pas mal moins de place – ou est-ce que vous avez deja vu des embouteillages des cyclistes? 🙂
    – on est pas handicappe pour la vu, comme dans une voiture (structure metal, verre defois sale qui la bloque), meme avec trois miroir ils restent des ‘angles morts’ et je remarque quotidiennement que c’est un vrai handicap pour plusieurs automobilistes
    – pas besoin de bruler du petrol, une ressource limitee
    – pas de pollution d’echappement (ce qui pue et est cancerogene) ni du bruit
    – d’y aller de A a B, de porte a porte, on passe autant vite qu’avec une voiture (pas de problem de stationnement)
    – ca prend pas 90% d’espace public au detriment de tout autres besoins humains
    – inclue de l’exercise gratuite et locale qui nous garde en sante
    – des bonnes vetements permettent d’y arriver au but propre et frais, l’ete comme hiver

  9. Chose certaine, peu importe qui se fait basher, piéton comme vélo comme voiture pourront se faire blamer de ne pas respecter le code de la route. Il y aura toujours des bons et des pas bons dans chacun des cas.
    Par contre, ce genre de comportement de la part des cyclistes ne semble pas faire agir le police de Montréal autant que l’article le voudrait. La dernière fois ou j’ai entendu parler d’un proche recevant une contravention à vélo remonte à il y a environ 10 ans.

    1. À propos de contravention à vélo, il n’y a pas eu une campagne contre le port d’écouteurs en vélo, la saison passée? Je suis plutôt d’accord, il faut bien entendre ce qui se passe autour de soi quand on roule!

  10. @Chris
    Je ne suis pas surpris et trouve tout à fait logique cette obligation d’éclairage fonctionnel (art. 233) décrit dans le document que vous m’avez fait découvrir (merci!), le http://www.velo.qc.ca/files/file/VQ09-Securite_routiere.pdf

    Il est toutefois étonnant de voir â quel point cette obligation si élémentaire n’est pas respectée! A l’oeil, j’estime à25-30% le taux de respect de cett obligation.

    Permettez-moi cette anecdote cocasse: il y a trois ans, lors de la premi;ere journée de a Semaine du vélo (quelque chose du genre), je vois, vers 6h du matin, un policier en faction le long de la piste cyclable en face du poste 35. Ce brave constable fort matinal arrêtait des cyclistes par-ci par-là.

    Je pensais qu’il arrêtait des fautifs (y’était pas trop tôt de voir la police s’intéresser aux délinquants de la piste cyclable). Je me suis approché et en fait, si, il interpellait systématiquement des cyclistes qui n’avaient pas d’éclairage. Bonne idée! Me suis-je dit. Mais vous savez quoi? Non pas qu’il leur donnait un « 48 heures » pour qu’ils se conforment prestement à la loi, mais il leur donnait (tenez-vous bien) un système d’éclairage tout beau tout neuf qu’il installait lui-même sur les vélos pris en défaut!

    Tu poarles d’une affaire de gaspillage de fonds publics!

  11. Je suis un ex-cycliste, devenu piéton invétéré, je croise souvent des pistes cyclables et je souhaiterais de la part de certains cyclistes, le même respect qu’ils demandent des automobilistes, envers les piétons, il m’est arrivé maintes fois, tout en traversant sur le feu vert…on s’entend, de pratiquement me faire frapper par un cycliste impétueux? mais surtout idiot, et cela c’est sans compter ceux qui roulent sur le trottoir à une vitesse exagéré en zigzaguant autour des obstacles, aussi connus sous le vocable de piétons, donc le jour où les piétons auront droit au respect de ces cyclistes, qui je l’avoue sont une minorité, peut-être aurez vous aussi le respect des automobilistes, mais cela j’en conviens c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s