Le calculateur de trajets de la STM affiche les stations Bixi

Optimiser l’efficacité dans ses transports urbains demeure une priorité pour tous les Montréalais. La STM donne depuis je ne sais quand un petit coup de pouce aux citoyens en affichant sur la carte de son calculateur de trajets Tous Azimuts les stations du réseau de vélo en libre-service Bixi. Félicitations pour cette initiative qui favorise l’intégration des transports actif et collectif.

Il n’existe pas d’option dans les critères de recherche pour inclure l’utilisation du Bixi dans son trajet au même titre que celle du métro ou du train. Le site permet toutefois de connaître le nombre de vélos disponibles à chaque station et le nombre de bornes libres.

Je me demande seulement pourquoi l’utilisation du pluriel a été boudée quand plusieurs vélos attendent un cycliste à une station ou lorsque plusieurs bornes libres patientent avant l’arrivée d’un Bixi pour passer la journée en bonne compagnie. Bien entendu, cette insulte lancée en plein visage de la langue française de la part d’un organisme financé en grande partie par les gouvernements, et donc par les citoyens, n’enlève rien au côté pratique de la carte interactive où s’affichent avec fierté les stations Bixi.

Après une rapide recherche, je constate que l’intégration de Bixi dans Tous Azimuts remonte à juillet 2010. Je ne vous apprends donc rien de neuf. Sauf, peut-être, que la situation quant au français sur ce site perdure depuis juillet 2010.

Appris grâce à stm_info sur Twitter.

Publicités

7 commentaires

  1. Même un système automatisé peut écrire le français correctement… à condition de le programmer en conséquence. Rien de plus simple:
    If N < 2 then
    write Vélo
    Else
    write Vélos.
    Autrement dit, si le nombre de vélos est inférieur à deux (donc égal à 1 ou à zéro), on affiche Vélo sans S. Et pour toute autre valeur de N, le système affiche Vélos avec un S.
    C'est dommage que des ingénieurs capables de créer un système extraordinaire comme Tous Azimuts oublient un simple détail comme ça, ce qui oblige l'utilisateur à lire un affichage bâtard.
    C'est important de souligner ces choses et je félicite l'auteur de l'avoir fait.

  2. La STM est une compagnie de rétrogrades. Je ne comprend pas pourquoi, depuis l’instauration du système de cartes à puce, on est encore obligé de se procurer les titres à dates fixes (la semaine commence le lundi; le mois, le premier jour du mois). Pourquoi ne puis-je pas me procurer un titre mensuel, disons, du 12 au 12, afin d’éviter la cohue aux guichets les premiers du mois? Same thing pour la CAM Hebdo. Ils ont la technologie pour le permettre mais agissent comme si c’était encore des cartes colorées qu’il faut montrer aux changeurs.

    Et pourquoi diable ne peut-on pas recharger notre carte opus directement par carte de crédit sur leur site web?

    République de banane.

    1. Je suis d’accord avec vous en ce qui concerne la possibilité d’acheter son titre de transport directement sur Internet. Je ne sais juste pas comment l’information se rendrait jusqu’à la puce sur la carte, mais dès que ce détail sera réglé, j’espère que nous pourrons recharger ainsi notre carte Opus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s