Les finances de Bixi sous enquête

Les coûts du système de vélo en libre-service de Montréal Bixi seront examinés par le vérificateur de la Ville de Montréal, révèle le journaliste de La Presse Martin Vallières.

Le bureau du vérificateur estime que l’enjeu est important et le mandat de vérification devrait durer quelques semaines. Jusqu’à maintenant, la dette de Bixi est de 31,7 millions $. L’an dernier, le déficit net de Bixi s’est élevé à 6,9 millions $, mais on espère dégager un profit cette année. Or, comme pour le transport en commun, les revenus engendrés par les usagers ne suffiront sans doute pas à équilibrer le tout.

Bixi espère atteindre 32 000 abonnements d’ici la fin de la saison qui approche rapidement. Le nombre actuel d’abonnements serait d’environ 28 000. De plus, les revenus de la vente et des services offerts aux villes qui ont adopté Bixi doivent toujours arriver dans les coffres de la société. Le contrat avec Londres devrait fournir 38 millions $ à Bixi.

Croyait-on vraiment que l’implantation d’un tel service serait rentable très rapidement? On parle ici d’introduire dans une ville tout un mobilier urbain avec des centaines de stations et des milliers de vélos construits pour durer très longtemps! Le nombre d’abonnés devrait continuer à augmenter. Bixi fait beaucoup d’efforts afin d’attirer de nouveaux usagers et tente des percées dans des quartiers résidentiels où le but de l’utilisation des vélos n’est pas d’aller au centre-ville. Certaines entreprises commanditent des stations sans que la publicité ne soit trop envahissante. Et le vandalisme ne touche pas plus que 3 % de la flotte de vélos.

Pour tous les bénéfices que Bixi amène aux Montréalais, il faut laisser la chance au coureur. Si Bixi n’avait pas été implanté, de toute façon, le budget consacré aux vélos en libre-service n’aurait pas été attribué à l’amélioration des aménagements cyclables de la ville, c’est pas mal certain.

Oui, il faut avoir à l’oeil les gestionnaires de nos municipalités afin que les fonds soient correctement utilisés. Ainsi, l’enquête viendra rassurer ceux qui croient que l’aventure Bixi est soit mal gérée, soit tout simplement un trou sans fond.

Comme le mentionne Caroline Rodgers dans le blogue Le Québec à vélo de Cyberpresse :  « Les coûts engendrés par ces nouveaux modes de transport font partie, à mon avis, des coûts globaux de transition vers une nouvelle économie moins centrée sur les énergies fossiles. »

On ne questionne que rarement si une nouvelle route ou autoroute sera rentable alors qu’on en a aucune idée et que ces projets coûtent une fortune, parfois des centaines de millions. Oui à une évaluation des dépenses reliées à Bixi. Non à une chasse aux sorcières!

Publicités

10 commentaires

  1. Dans l’exercice de rentabilité de Bixi, on ne calcule pas l’achat des casques par ses utilisateurs. De même, on ne calcule pas l’achat des voitures des utilisateurs d’une route. Mais ne trouvez-vous pas qu’il y a tout de même une énorme différence entre Bixi et une route?

    1. Quand je parle d’une route par exemple afin de comparer avec Bixi, c’est au niveau du coût du projet versus des bénéfices pour la population. On peut faire l’exercice pour à peu près n’importe quelle dépense. Je voulais souligner qu’on ne se questionne pas sur le bien-fondé de dépenses que nous avons l’habitude de voir passer sous notre nez sans chercher à voir plus loin. Mais je n’ai rien contre la vérification de la pertinence de certaines dépenses au niveau des gouvernements!

  2. Malheureusement, l’opinion publique veut que cela soit rentable. Il y a sûrement 80% de la population qui juge que cela n’est pas essentiel et que l’argent ne doit pas servir à une classe de la population qui est plus en forme que la moyenne. C’est le nivellement par le bas comme bien d’autres choses. Si tu demandes à la population 30M$ pour un Bixi ou 30M$ de plus dans le système de la santé, c’est cette dernière qui remporte la palme!

  3. Le développement durable ne se fait pas en une ou deux années…
    @Prostef : faire du vélo pendant 20 min = être plus en forme que la moyenne ???

    1. @VivBlabla
      Oui et non à ta question. Même un 20 minutes de vélo par jour est suffisant pour dépasser la forme du citoyen moyen (on s’entend qu’on ne parle pas d’un étudiant de 20 ans ici). La plupart des gens ne font pratiquement aucun exercice quotidiennement et ceux qui font du vélo sont en général plus en forme que ceux qui en font pas même si cela n’est pas dû nécessairement au vélo. Mais ce n’est pas tellement à cela que la population pense. Les gens croient (demandez à votre entourage) que ceux qui utilisent le bIXI sont en général des gens qui sont capable de s’acheter un vélo (même des étudiants) et que s’il devait payer leur déplacement (en auto ou en transport en commun), cela ne serait pas gratuit. Donc, la plupart pense que, étant donné l’argent que l’utilisateur économise en prenant le bIXI, il est tout à fait normal qu’il paie les coûts réels de son utilisation et peut importe les autres arguments (santé, pollution etc).

      Cela dit, je n’ai jamais écrit que j’étais pour l’augmentation du coût d’utilisation du bIXI et au contraire, moi je serais pour la gratuité car je suis certains que y gagnerait sur les coûts de la santé à long terme.

  4. J’aime bien l’idée que certaines stations soient commanditées et il faudrait peut-être sollociter plus de commanditaires de ce type pour générer plus de revenus. Jusqu’à maintenant, seulement quelques stations sont commanditées.

    1. Je ne sais pas si c’est le cas présentement, mais la commandite de stations par certains commerces de proximité qui offriraient des rabais aux détenteurs d’abonnements Bixi serait sans doute une bonne idée. Tout le monde serait content et le commerçant pourrait bien évaluer la portée de sa commandite.

  5. 50 million de déficit accumulé, de quoi à acheter 50 000 bicyclettes à 1000$ pièce pour les pauvres. Pas des bicik canadienne cacane là là, du haut gamme… ou 1000$ activité physique pour 50 0000 pauvres enfants.

    C’est le genre de projet que l’on aurait du laissé à un entrepreneur, si tes pas prêt a risqué tes sous, tu mérite pas de faire ton projet, le gaspillage de taxes et des impôts, l’élastique est étiré au max, le projet est mort de sa propre bureaucratie couteuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s