Le déclin du taxi à Montréal : bonne ou mauvaise nouvelle pour les cyclistes?

La Presse publie une série d’articles sur l’industrie du taxi à Montréal. On y apprend que les heures sont longues pour un salaire peu élevé. L’arrivée de Bixi l’année dernière prive les chauffeurs des revenus générés par les courts trajets. La ligne d’autobus 747 qui relie l’aéroport PET au centre-ville n’a pas non plus aidé à améliorer la situation.

Les chauffeurs de taxi à Montréal sont désormais trop nombreux pour desservir une clientèle ayant plus d’options dans ses moyens de transport. Faut-il diminuer le nombre de permis afin qu’ils puissent mieux vivre en ayant davantage de clients? Je ne connais pas très bien cette industrie. Mais force est de constater qu’une diminution du nombre de voitures de taxi dans les rues semble souhaitable financièrement pour les chauffeurs. Voici une liste de solutions envisagées par l’industrie.

Une bonne idée serait, pour les mois d’été et pour ceux qui sont en forme, d’offrir le vélo-taxi. Je crois que ce n’est qu’une question de temps avant qu’un ville qui se dise tellement « vélo » ne permette l’apparition du  vélo-taxi et plutôt que de se plaindre de voir une autre partie de leurs revenus partir en fumée, les chauffeurs devraient penser à prendre ce marché en premier.

Bonne ou mauvaise nouvelle pour les cyclistes?

Le manque de clients signifie que lorsqu’un chauffeur répond à un appel, il doit rouler à toute vitesse pour ne pas se faire voler la course puisque tous les chauffeurs peuvent entendre la commande du répartiteur. Certains n’ont pas de scrupules à voler des clients, alors tous les chauffeurs sont sur les dents et roulent en fous dans les rues de la métropole pour tenter de gagner un revenu décent.

Je crois pouvoir affirmer sans trop me tromper que la plupart des cyclistes n’apprécient pas la façon de conduire des taxis. Ils ne font, sauf exception, pas très attentions ni aux piétons ni aux cyclistes, roulent rapidement, respectent à peine les feux rouges et se stationnent en double ou à un mètre du trottoir même quand il y a de la place pour se stationner correctement. Les cyclistes doivent alors attendre ou se fondre dans la circulation en allant dans la voie de gauche. C’est sans compter les clients qui descendent du taxi sans regarder s’il y a des cyclistes qui roulent dans leur direction.

Cette situation est donc dangereuse pour les cyclistes et intenable pour plusieurs chauffeurs de taxi. Des changements doivent être apportés à cette industrie pour le bien-être de ses adhérents et de la population qui circule dans les rues de la métropole.

Je ne sais pas si c’est le cas à l’extérieur de la voiture de taxi, mais un numéro propre à chaque voiture de taxi devrait apparaître en gros afin que l’on puisse les identifier rapidement si jamais on voit un chauffeur rouler de façon dangereuse. Un peu comme les camions de livraison de quelques compagnies qui ont une affiche qui invite les automobilistes à commenter la façon de conduire de leurs livreurs. Le numéro de téléphone est inscrit directement à l’arrière du camion.

La mesure pourrait mener à des abus, mais dans une bonne proportion elle engendrerait surtout à une responsabilisation des chauffeurs de taxi envers les autres usagers de la route, le temps que les patrons de cette industrie trouvent des solutions adéquates pour tout le monde.

+

Ces véhicules qui bloquent les pistes cyclables

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s