On jase vélo urbain et Bixi à La tribune de Radio-Canada (le segment est en ligne)

Avec pour prétexte l’arrivée de Bixi à Londres, l’animateur de l’émission La tribune Jacques Beauchamp a décidé d’aborder le sujet toujours génial qu’est le vélo urbain sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada. La question posée hier était : quelle est la place du vélo en ville?

Écoutez le segment

La réponse évidente est : toute la place! Je blague, il faut en laisser aux piétons, aux patineurs et aux véhicules d’urgence. Aussi aux autobus. Ah et puis comme je suis un vendu, laissons-en donc un peu pour les automobilistes qui roulent avec des hybrides.

Le premier invité, Roger Plamondon, est président du conseil d’administration de la Société de vélo en libre-service. Selon lui, plus il y a une masse critique de vélos dans une ville, plus il y a une bonne cohabitation entre les usagers de la voirie publique. Il mentionne rapidement le chiffre de 1,6 ou 1,7 million de trajets effectués. La marque du million a été atteinte le 25 juin dernier. La moitié des déplacements à Bixi sont effectués pour le travail ou l’école. Selon M. Plamondon, l’arrivée du Bixi a changé la façon dont les gens se déplacent au centre-ville. La facilité avec laquelle les stations peuvent être déplacées est en partie responsable du succès de Bixi. Un nombre suffisant de stations est également nécessaire afin d’assurer le succès d’un système de vélos en libre-service.

Le saviez-vous : les centres d’appels de Bixi sont à Montréal pour le réseau de Minneapolis. Ce sera la même chose à Washington quand le système sera implanté fin septembre.

Le vélo urbain à Gatineau

Marc Bureau, le maire de Gatineau, est revenu de son voyage en Europe avec plein d’idées pour sa ville. Gatineau a présentement un grand réseau de pistes cyclables récréatives. Il veut désormais développer le réseau utilitaire pour la région d’Ottawa-Gatineau. Le maire veut que des aménagements cyclables soient inclus lors de la construction de nouvelles rues et de nouveaux quartiers. Ce qui devrait toujours être le cas! C’est étonnant que Montréal soit en retard de ce côté. Les feux prioritaires pour les cyclistes devraient être considérés dans l’aménagement sécuritaire des intersections. Le maire les a du moins remarqué lors de son passage à Copenhague.

Lors de son voyage en sol européen où il a visité dix villes, il a été impressionné par le nombre de cyclistes. Il parle de la densité de population qui est plus grande dans certaines de ces villes. Autrement dit, et ça c’est moi qui le dit, l’étalement urbain, c’est totalement out! Il est temps de densifier les quartiers existants! Le développement cyclable se fera par le centre de Gatineau puisque des dizaines de milliers de personnes y transitent les jours de semaine. Il dit qu’on taxe les véhicules à 180 % dans certaines villes en Europe pour dissuader les gens d’avoir deux automobiles.

Qu’est-ce qui favorise le développement du vélo comme moyen de transport dans une ville?

Juan Torres, professeur adjoint à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal, membre de l’Observatoire de la mobilité durable et membre du Groupe de recherche Ville et mobilité, répond que c’est la densité et la mixité que l’on retrouve sur un territoire. Autrement dit, une masse critique de citoyens qui a accès à un mélange de commerces, d’habitations, de lieux de travail, etc. utilisera son vélo plus souvent. Côté étalement urbain, Montréal a beaucoup de travail à faire et il faudra des décennies pour réparer l’urbanisme actuel. Les quartiers unifonctionnels imposent de longues distances de transport, ce qui favorise l’utilisation de l’automobile au détriment de la marche et du vélo.

Parmi les solutions, une meilleure intermodalité entre le vélo et les autobus et le métro. Déjà là, la STM devra soigner son allergie aux cyclistes aux heures de pointe et installer au plus vite des supports à vélos sur ses autobus.

Il y a plusieurs solutions, mais pas de recette toute faite. Il est nécessaire d’adapter chaque solution à chaque réalité, à chaque rue.

Les réactions du public (puisqu’il s’agit d’une tribune libre)

Le premier appelant dit que l’automobile au centre-ville a réduit les humains au titre de coquerelle dont on veut se débarrasser.

Le second aime bien le déneigement de certaines pistes cyclables à Montréal l’hiver. Il conclu par un « vive la vélorution! ».

Le troisième parle de la réalité des cyclistes à Sherbrooke où les situations dangereuses sont plus fréquentes et pires qu’à Montréal pour les cyclistes. Les pistes cyclables sont soit inexistantes soit mal conçues. Il dit que des mesures d’apaisement ont été appliquées pour les piétons, mais qu’on a oublié les cyclistes en supprimant l’espace qui leur permettrait de rouler en sécurité sur la chaussée!

Le quatrième intervenant est le coordonnateur de Réseau Vélo-boulot de Gatineau qui est heureux de l’orientation des plans du maire en matière de transports actifs. La signalisation est importante, les limites de vitesse réduites également. Avec des petits réaménagements, on peut faire une grande différence.

Le cinquième intervenant lui parle du manque de respect des cyclistes qui est pratiquement propre au Québécois. Il est camionneur de profession et se promène sur de grands territoires. Il fait du vélo à l’occasion et prône le respect entre les usagers, piétons inclus.

Pour les autres, je vous laisse écouter la tribune!

PS : Jacques Beauchamp, l’animateur, a appris qu’on ne peut circuler avec des écouteurs vissés sur la tête quand on circule à vélo. C’est toujours utile de jaser vélo!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s