Une cycliste happée à Montréal sur Sherbrooke est

Une cycliste a été happée par un véhicule dimanche matin à 8 h 10 sur la rue Sherbrooke est à Montréal entre les rues De Lorimier et Parthenais.

Elle longeait le trottoir est et aurait effectué une fausse manoeuvre vers la gauche… je me demande bien ce que peut être une fausse manoeuvre vers la gauche.

La victime est dans la vingtaine et a subi de graves blessures à la tête. Son état est critique. La vitesse ne serait pas en cause. J’aimerais bien savoir si la police était en mesure de vérifier si l’automobiliste roulait réellement à 50 km/h ou moins ou à 60 km/h. Parce que dans ce cas, selon moi, la vitesse serait en cause. La vitesse est trop élevée dans plusieurs rues de la métropole. L’automobiliste n’aurait pu éviter la cycliste en raison de sa manoeuvre dit-on dans les articles des médias. MAIS, si la vitesse permise était moins élevée, gageons qu’il aurait pu éviter de la heurter.

Tous les médias mentionnent que  la cycliste ne portait pas de casque.

Publicités

22 commentaires

  1. La rue Sherbrooke n’est pas une rue mais une autoroute… Les gens y roulent à 70 km/h en moyenne et parfois beaucoup plus sur certaines parties. C’est vraiment épeurant d’y faire du vélo.

    La fausse manoeuvre était peut-être simplement une tentative d’éviter un des nombreux trous, bosses, bouches d’égoût et cie?

    J’espère que cette pauvre fille s’en sortira!

    1. Je crois également que la fausse manoeuvre pourrait tout simplement être une tentative d’évitement d’un trou géant ou d’une fissure. La chaussée est semée d’embûches qui peuvent être très dangereuses!

  2. Oui moi aussi je crois à la thèse de l’automobiliste qui a voulu dépasser la cycliste dans la même voie et probablement à plus de 60km/h et plus comme on ne le voit que trop souvent malheureusement.

    1. C’est fou à quel point les automobilistes préfèrent frôler les cyclistes à toute vitesse plutôt que de ralentir et faire preuve de savoir-vivre. Je généralise un peu quand même. Parfois, les voies sont tout simplement très étroites et les gens mal stationnés, donc trop loin du trottoir, ce qui force les cyclistes à se tasser très près de la voie de gauche. Quand on roule moins vite en auto toutefois on donne plus de chances à nos réflexes.

  3. C’est terrible. J’espère que la fille s’en tire et qu’ils vont baisser les limites de vitesse dans la zone. Ce n’est pas à cause du manque de casque qu’elle a été happée. Les automobilistes se doivent de ralentir et de faire attention, surtout vu qu’ils sont blindés et le cyclistes vulnerables (avec ou sans casque)

    1. Ralentir est le mot d’ordre, je suis bien d’accord avec vous!

      Par ailleurs, je suis tanné de lire qu’un tel cycliste happé ne portait pas son casque. On dirait que ça rend acceptable de frapper un cycliste, rien de moins. Comme si ça donnait au cycliste, la victime soit-dit en passant, un petit côté coupable. Comme vous dites, le casque n’empêche pas l’accident, le comportement de l’automobiliste qui lui est rentré dedans par contre peut faire toute la différence!

      1. Moi aussi j’en ai marre de cet acharnement sur le casque! Qu’on lâche un peu le casque et qu’on se concentre sur les vrais problèmes en ville pour les cyclistes soit : le non-respect des limites de vitesse par la plupart des automobilistes, l’inattention de ceux-ci au volant (cellulaires à gogo), les rues pourries qui nous donnent l’impression de pédaler dans un champ de mine et les aménagements cyclistes tout aussi pourris que les rues (pensons à la délicieuse piste Rachel ou la charmante piste Notre-Dame pour ne nommer que celles-ci).

      2. Il y a tellement de travail à faire. On développe présentement le réseau cyclable montréalais, mais il faut aussi penser à l’entretenir et à refaire l’asphalte des pistes même si les rues sont encore correctes. C’est évidemment plus politiquement payant de clamer pendant des mois et des mois ou même des années qu’on double le réseau cyclable de la ville que de dire qu’on l’entretient super bien.

  4. Toujours les mêmes articles lorsqu’un tel drame se produit.
    On ne sait pas se qu’il s’est réellement passé, mais on finit de lire l’article avec le sentiment que le cycliste est coupable: pas de casque, fausse manoeuvre, et l’automobiliste irréprochable. Je me demande en quoi on sait que ce dernier est irréprochable… Connait-on sa vitesse? A-t’il laissé 1m50 entre lui et le cycliste? Parlait’il au téléphone….

    1. Je cherche toujours un suivi dans les jours suivants pour connaître l’état de santé de la victime, mais à moins qu’elle ne meurt, on ne sait rien. Sa version de l’histoire est super importante. Et effectivement, on ne mentionne jamais que l’automobiliste pourrait avoir quelque chose à se reprocher puisqu’il est le seul à pouvoir donner sa version des faits. Pratique.

  5. La première question des journalistes est :
    Le cycliste avait-il son casque ? mais on ne demande jamais si l’automobiliste avait sa tête sur les épaules.

  6. A bien relire ton texte Dominique, peut-on expliquer pourquoi un automobiliste roulerait dans la voie de droite un dimanche matin à 8h10? Il y a 2 autres voies pour circuler! A moins que la cycliste ait zigzagué dans la voie du centre, c’est difficile à comprendre…

    @cyclistealcoolique : circules-tu en état d’ébriété en vélo? 😉

    1. Il y a tellement peu d’informations qui ont été rendues publiques par rapport à cet accident. Peut-être que la cycliste longeait le trottoir et qu’elle a dû se tasser un peu à gauche parce qu’il y avait devant elle des véhicules stationnés et que l’accident s’est produit à ce moment. Mais c’est de la pure spéculation et c’est effectivement très difficile à comprendre. J’espère juste qu’à un moment donné on saura ce qui s’est passé.

  7. Y a beaucoup de pistes cyclables a Montréal ou c’est devenue suiscidaire a rouler notamment sur Christophe colomb puisque on autorise les voitures a tourner a gauche.!

  8. Tout de meme curieux que l’automobiliste jouit de la preuve d’innocence et jamais il est accusee de negligence criminelle comme ds le cas de la route 112. Car en voiture il ne suffit que d’une rage au volant pour ecrabouiller tout ce qui bouge devant vous et des fous comme cela il en pleut pas mal sur nos routes du Quebec.!

  9. a MOntreal ou ailleur au Quebec ,Le probleme de securitee a velo ,pourtant pourrait etre facilement resolue en otant un cote de stationnement sur chaque boulevard a mOntreal pour y installer une voie cyclable,mais a l’hotel de ville on n,y croit guere ! Pourtant ca se fait ds pas mal de ville en Europe notamment a Copenhague et Amsterdam.! Paris et LOndre y songe de faire de meme.!

    1. Je crois qu’il y a une volonté d’agrandir le réseau cyclable à Montréal, mais que comme vous dites, cela ne se fait pas automatiquement, qu’il n’y a pas de politique qui dit que lorsqu’une rue est refaite, on applique illico des mesures d’apaisement de la circulation et on ajoute des bandes cyclables. C’est honteux pour une ville qui se dit « vélo ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s