Un cycliste de 38 ans happé mortellement par un autobus de la STM lundi soir

Un cycliste de 38 ans est décédé après avoir été happé mortellement par un autobus de la STM lundi soir à Montréal au coin des rues Viger et Saint-Hubert.

Le cycliste est décédé sur les lieux de l’accident.

La collision se serait produite à 19 h 50. Le chauffeur d’autobus est le témoin principal de la police, mais il a été transporté à l’hôpital pour être traité pour un choc nerveux.

Publicités

4 commentaires

    1. C’est exactement ce que je me suis dit. J’ai hésité avant de publier. Je préparais un petit texte sur ma nouvelle réalité de cycliste dans Rosemont que je publierai au plus tard demain. Les nouvelles ne sont pas joyeuses de ce côté non plus!

  1. Bien que l’enquète est en cours, cette tragédie ne me surprends pas. Je suis conductrice d’atomobile et la dans la grande majorité des cas les cyclistes ne s’arrtent pas au feu rouge ni aux « STOP ». Au mieux, ils raletissent, jettent un coup d’oeil et repartent. Tant que ce manque de discipline va exister, il y aura malheureusement des accidents. L’education des cyclistes ainsi que des conducteurs, une meilleure surveillance et des constats d’infractions (des amendes plus sévères) par les forces de l’ordre serait un atout pour améliorer la sécurité. Nos policiers ne sont pas assez présents ni visibles. D’ailleurs je pourrais suggérer qu’ils soient « moins » visibles mais plus « présent ».

    1. Le respect du code de la sécurité routière par tous les usagers de la route serait une solution efficace. On peut dire la même chose de plusieurs automobilistes qui passent sur la rouge en klaxonnant ou qui ralentissent seulement lorsqu’il y a un panneau d’arrêt.

      Chaque groupe a donc sa part de responsabilité. Il faut mieux adapter les rues à la réalité cycliste. Le Code de la sécurité routière s’adapte très/trop lentement aux besoins des cyclistes et il balise le comportement de ceux-ci de la même manière que celui des automobilistes. Il y a là du bon et du moins bon.

      L’éducation, comme vous le dites, est très importante. Des campagnes de sensibilisation devraient être menées à grande échelle régulièrement. On ne peut utiliser que la répression, même si ça permet d’apaiser un groupe frustré du comportement de l’autre sur la route.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s