Les chicanes de retour au circuit Gilles-Villeneuve après le Grand Prix

La date à retenir : 14 juin. À partir de ce jour, les chicanes feront partie intégrante de la réalité cycliste au circuit Gilles-Villeneuve. La Société du parc Jean-Drapeau a annoncé la semaine dernière des mesures pour améliorer la sécurité du circuit Gilles-Villeneuve puisque le nombre d’accidents qui ont nécessité un transport en ambulance a grimpé de 43 % pour atteindre 21.

La limite de vitesse est fixée à 30 km/h pour les cyclistes. Idem pour les automobilistes. Les cyclistes de performance pourront utiliser seuls le circuit de 5 h à 7 h en semaine. Mais comme le mentionne Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC), en août, il ne fait clair qu’à partir de 6 heures!

La Société du parc Jean-Drapeau rappelle que le circuit n’est pas une piste d’entraînement, mais un espace partagé et l’unique accès au bassin olympique et à la plage pour les automobilistes.

Vélo Québec n’est pas contre les chicanes et se dit en mode observation. L’organisme espère que les chicanes obligeront les cyclistes à ralentir et non pas à arrêter. Un rapport sur les accidents survenus l’année dernière a été demandé, question de voir quel groupe d’utilisateur était fautif.

Un code de conduite est sur la table de travail.

La vitesse sur le circuit Gilles-Villeneuve avait suscité de vives réactions l’année dernière.

Publicités

3 commentaires

  1. C’est décevant de voir la SPJD de revenir à pratiquement la même situation de l’an dernier et ce, en brandissant des statistiques qui manquent de précision. «21 accidents», ça peut signifier bien des choses. Quelle part implique les cyclistes/piétons/automobilistes/etc.? Est-ce que ça inclut de simples chutes, qui par précaution, ont impliqué le transport en ambulance? Je ne suis pas du tout convaincu par cette statistique, surtout que des accidents, il y en a à tous les jours, partout au Québec.

    Quiconque se rend sur le circuit par une journée de beau temps se rend vite compte que la piste est divisée de manière inéquitable. Une moitié pour les nombreux sportifs/touristes (à vélo, à patins et à pieds) et l’autre moitié pour 1 auto de temps en temps. La moindre des choses serait d’accroître la zone réservée aux sportifs à 70% de la largeur, laissant suffisamment d’espace pour les autos tout en les obligeant à ralentir dû à l’étroitesse de leur corridor.

    Ce qui me frustre aussi, c’est de constater que les automobilistes roulent rarement à la vitesse permise de 30 km/h. Comme exemple, dimanche le 16 mai, toutes les autos roulaient à au moins 40 km/h. Certaines atteignent même les 50km/h, incluant un véhicule de la SPJD. Je me fais alors un plaisir de les rattraper et rouler devant eux tout en ralentissant.

    En toute logique, les autos ont droit à leur place, mais vu leur faible nombre et l’obsession de sécurité de la SPJD, cette place devrait être réduite.

  2. Encore des petits fonctionnaires de la ville de Montréal tentants de justifier leur poste. 5 h à 7 h AM ?? Elle est bien bonne…Ils ont oublier de mentionner que la piste sera ouverte pour s’entrainer dans le jour le 29 février et toutes les nuits d’hiver.

    Règlons ça une fois pour toutes: une voie rapide (plus de 30 km/h) et une lente (pour les touristes et patineurs) mais non ce serait trop logique. Les automobilistes ne devraient pas avoir accès à la piste un point c’est tout. Qu’ils se stationnent et marchent jusqu’à la superbe plage Doré (un gros 5 minutes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s