Les véhicules sur les pistes cyclables suscitent de vives réactions

Le billet intitulé « Ces véhicules qui bloquent les pistes cyclables » a suscité de vives réactions chez les lecteurs et lectrices de Rouler à vélo. Je publie ici un de ces commentaires, écrit par ProStef, car il s’agit d’une description très intéressante de la réalité du vélo urbain à Montréal. Bonne lecture!

Sérieusement, moi j’ai abandonné l’utilisation de pistes cyclables à Montréal. Trop frustrant, pas assez sécuritaire. Les bandes cyclables ne servent absolument à rien, toujours une voiture dedans ou des piétons. Même des cyclistes qui roulent dans le mauvais sens. J’habite sur le Plateau et si je veux suivre le chemin de la piste cyclable à partir du coin Gilford/Brébeuf, c’est une vraie farce et il faut être d’une patience sans reproche. Au coin de Mont-Royal, pas de feu pour vélo, il faut passer sur le feu des piétons, on est en sens inverse de la circulation ici, faut pas s’attendre à ce que la Ville nous mette un feu bien à nous. Même chose à l’intersection Rachel. Ensuite, on traverse le parc La Fontaine avec les chiens (en laisse ou non), les piétons qui marchent dans la piste (ou la traverse à tout moment), les coureurs, les carrosses et poussettes.

Et le calvaire continue. On arrive à Cherrier, des voitures nous coupent régulièrement ne voyant pas que nous venons d’une piste cyclable. Là je ne leur en veux pas car c’est pas évident. Ensuite, on doit traverser quelques rues dangereuses comme Mentana et Saint-André où à tout instant une voiture s’avance dans la piste cyclable sans vraiment vérifier s’il y un vélo qui circule. Par la suite, on attend à la lumières à Berri. 90% des cyclistes commettent une infraction en quittant la piste (si c’est la norme, c’est un méga problème) pour rouler en sens inverse et prendre la piste Berri au sud de Cherrier et non pas par l’îlot de protection. Je n’en veux pas aux cyclistes, cela prends quatre minutes pour continuer sur la piste légalement par le nord, car il y a deux lumières coup sur coup à attendre. Ensuite, belle côte qui descend, on peut filer sans crainte sauf qu’il faut mettre les freins, car la lumière nous attend immanquablement en bas de la pente. Une fois arrêté, il faut regarder derrière nous avant de repartir au vert, car il y a toujours des casse-cous qui te dépassent sur la rouge ou veulent tourner immédiatement à droite sur Ontario.

Par la suite, pas sorti du bois, on circule sur la piste jusqu’à Viger en surveillant de chaque côté, car des piétons traversent la piste à tout instant sans avertissement. Il y aussi ceux qui sortent de leurs voitures et qui débarquent immédiatement en plein milieu de la piste. De plus, comme la Ville a pensé aux cyclistes, si on est réglo, il faut faire attendre en moyenne à
75% des feux de circulation, surtout ceux à Viger et Saint-Antoine une après l’autre. Pas besoin de vous dire que la plupart des cyclistes ne respectent pas ces feux. Ensuite, on arrive dans le Vieux. Mais où diable est la piste cyclable? C’est supposé être la Route verte. Ne cherchez pas, elle n’existe tout simplement pas jusqu’à Saint-Laurent à moins de passer près de l’eau avec tous les touristes et rouler en zigzaguant à 8km/h. À Saint-Laurent, il semble que la piste recommence, mais est-ce vraiment une piste cyclable où seuls les vélos et les patins à roues alignées ont le droit de circuler? Bien sûr que non, il y a toutes sortes d’utilisateurs sur cette piste, même des gens qui pêchent!*

Tout cela pour vous dire que ça prend 5-10 minutes de plus sur la piste cyclable que dans les rues non achalandées. On est confronté aux automobilistes, mais c’est pas mal moins stressant!

Il y a aussi les bandes cyclables sur McGill. Je défie quiconque de trouver un moment de la journée (pas en soirée) où ces bandes sont totalement libres de véhicules! La police ferme les yeux et fait preuve d’une incroyable tolérance.

Au nord du parc Laurier intersection Christophe-Colomb, c’est aberrant, on doit passer sur le feu des piétons. Pourtant, c’est une infraction! Tu passes sur la verte et tu te fais klaxonner! Comment conscientiser l’automobiliste si tous les cyclistes passent sur le feu des piétons? La Ville est supposée reconfigurer la piste à cet endroit. On attends toujours et surtout pas question de nous installer un feu de signalisation pour vélos seulement.

Les vélos à Montréal sont considérés comme des maux nécessaires, y compris par l’administration. C’est une ville nord-américaine concentrée sur la voiture qui se donne des airs écologiques, mais en réalité, il n’y a pas de véritables intentions.

* Comme toute bonne histoire de pêche, il s’agit d’une exagération. Il s’agissait en réalité de piétons se promenant sur la piste cyclable avec leur canne à pêche et le crochet qui pendait… Danger, quand tu nous guette!

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s