Les cyclistes reprennent possession de Montréal

Le beau temps qui s’est épris de la métropole le temps d’une fin de semaine a permis aux cyclistes de rouler dans les rues et les pistes pistes cyclables de la ville. Parfois à leurs risques et périls!

Certains automobilistes ne semblent jamais avoir vu une piste cyclable de leur vie. Ainsi, j’ai vu plusieurs conducteurs circulant sur Rachel tourner sur à droite sur Papineau sans un regard vers la piste cyclable, manquant de peu de frapper des cyclistes qui venaient de l’est. À ma grande surprise, les cyclistes, dociles, freinaient, mais ne prenaient pas la peine d’avertir les automobilistes de leur dangereuse manoeuvre. La surprise était peut-être trop grande ou, au contraire, avaient-ils deviné ce qui allait se produire.

Je suis resté au coin de cette rue à peine cinq minutes, à pied sur le trottoir, mon vélo étant encore en vacances à la campagne. Même si ce n’était pas à moi qu’on coupait la route, je ne pouvais m’empêcher de gesticuler envers les conducteurs fautifs et de lâcher quelques jurons. Injurier de façon imagée et vindicative des sans cervelle au volant est inné, je n’y peux rien, même quand je me promène à pied. Je dois avouer que je suis parfois un peu stressé quand je roule à vélo et que de pouvoir jeter mon fiel sur quelqu’un qui ignore ma présence, avec tous les risques que cela comporte pour moi, se révèle thérapeutique. Quand au fait que je le fasse même quand je suis à pied… bien… quand on n’est pas à vélo ça ne tourne sans doute pas toujours rond là-dedans… c’est tout.

La piste cyclable sur la rue Rachel n’a pas encore été nettoyée (et ce n’est pas la seule), du moins entre Fullum et la rue du Parc La Fontaine. Il me semblait pourtant que les pistes ne pouvaient ouvrir avant le premier avril parce que la Ville devait les nettoyer afin de les rendre plus sécuritaires. J’ai dû mal comprendre. Il est vrai que les voitures viennent tout juste de commencer à obéir à l’ordre de dégager des pistes en vigueur depuis le premier avril. Les poteaux ne sont pas encore installés sur cette portion de la piste. Les automobilistes respectent toutefois la ligne qui sépare la piste de la rue lorsqu’ils se stationnent. Une première étoile à coller dans leur cahier de route.

Les stations Bixi commencent à faire leur apparition un peu partout dans la ville et c’est tant mieux!

Les nids-de-poule ne sont pas tous réparés. Ouvrez l’oeil!

Certains automobilistes bloquent la piste cyclable pour gagner quelques secondes dans leur trajet. Une autre preuve que le QI d’un humain baisse de quelques points lorsqu’il conduit un véhicule motorisé. Bon, ce n’est pas tout le monde qui bloque les pistes cyclables, mais quand ça arrive, le danger et le désagrément s’installent rapidement pour tout le monde.

Cette automobiliste s’est retrouvée dans une fâcheuse position parce qu’elle n’a pas voulu s’arrêter en arrière de la ligne, même en voyant qu’il n’y avait plus de place en avant d’elle. Un peu de jugement au volant n’est pourtant pas proscrit. Encore-là, peut-être que je me trompe.

Caniche entraîné par son maître pour devenir un chien tireur de traîneau pour l’hiver prochain.

J’ai également vu plusieurs joggeurs courir sur la piste cyclable, parfois à deux personnes de large sans jamais regarder en arrière. Je suis également un joggeur et je trouve quand même irrespectueux de courir où on n’a pas le droit! Surtout en faisant comme si de rien n’était. C’est peut-être moins fatiguant de courir sur une piste cyclable où on ne doit pas zigzaguer constamment entre les piétons qui marchent sur le trottoir, mais c’est pourtant ce qu’on doit faire. Un cycliste n’a pas d’affaires sur un trottoir, un joggeur n’a pas d’affaires sur une piste cyclable et un automobiliste n’a pas d’affaires à Montréal. La banlieue est assez grande pour eux, non?

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que tout ce que je fais même à pied, c’est de chialer. Il y a des moments comme ça.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai aussi l’impression que tout ce que je vais faire cet été en plus de rouler, c’est de chialer. Il y a des saisons comme ça.

Pour terminer, un petit complément de lecture sur le civisme.

Advertisements

9 commentaires

  1. Ping : Anonyme
  2. Je constate les mêmes choses que toi. Je crois que les automobilistes fautifs devraient recevoir une sorte de ‘punition à vocation éducative’ : aller travailler en vélo pour toute une semaine. Parce que dans le cours d’une semaine, on en voit de toutes les couleurs, même juste en un jour. Mais une semaine pourrait avoir plus d’effet. 😉

    1. Quelle excellente suggestion Suzanne! On devrait la soumettre aux différentes autorités compétentes en la matière. Au nombre d’infractions commises à tous les jours, le nombre de cyclistes augmenterait assez rapidement dans les rues de la ville.

      Par ailleurs, félicitations pour les textes sur le blogue d’Opus Urbanista, ils sont toujours très intéressants!

  3. Si les piétons et cyclistes étaient équipés de fusils à balles de peinture, peut-être que les automobilistes feraient plus attention… dans le cas contraire, on pourrait au moins se méfier de certains véhicules… très colorés!

    1. Elle est bonne celle-là! Je me demandais justement il y a quelques jours qu’est-ce que je pourrais bien lancer aux automobilistes dangereux et un fusil à eau rempli de peinture ou de parfum qui sent mauvais étaient au nombre des options réalistes! Transporter à vélo une douzaine d’oeufs n’est malheureusement pas très pratique. Je poursuis ma réflexion sur le sujet!

  4. Attention, les automobilistes peuvent devenir agressifs dès qu’on pose le doigt sur leur carosserie! Il vaut mieux passer le message de façon courtoise. Ça tient en forme, surtout quand ils fuient la scène d’anti-civisme!

    1. C’est vrai, j’oubliais le danger de se défendre quand on ne pèse pas deux tonnes. C’est toujours les moins gros qui sont les plus grandes victimes, quelle injustice! Mais ça oblige à se creuser les méninges pour faire passer le message autrement.

  5. J’ai remarqué tout ce que vous notez dans votre billet. Empruntant la très dangereuse piste Rachel tous les jours, j’ai fini par me tanner de me faire couper ou de voir d’autres cyclistes se faire couper par des imbéciles. J’ai donc écris un courriel de plainte à la police de ce quartier. TRÈS efficace.

    Un constable a communiqué 2 fois avec moi par téléphone et 2 fois par courriel. Ils ont augmenté la présence policière et ont émis des contraventions (plus de 20 semble-t-il).

    Tout ça pour vous inviter collègues cyclistes à faire de même et à vous plaindre à la police si vous observez des endroits problématiques (on pourrait dire que c’est toute la ville mais bon… 🙂 ).

    C’est à force de nous faire entendre que la situation va peut-être s’améliorer.

  6. S’il y a tant d’étourdis et d’irrespectueux sur la piste cyclable de la rue Rachel, c’est peut-être qu’on voit le problème à l’envers. Cette piste me semble toxique, et on serait peut-être mieux sans elle, dans l’état où elle est. Sinon, il faudrait revoir complètement l’aménagement de la rue Rachel en repensant à un meilleur partage de la rue entre piétons étourdis, cyclistes enragés, et automobilistes agressifs.

    M’a vous en faire une solution simple: on enlève l’asphalte de la rue Rachel pis on écoute les oiseaux qui font cui-cui. Respirez!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s