Vélo à New York : entre prière et coups de pinceaux

Des membres de la communauté juive hassidique de New York ont réussi à convaincre le maire Bloomberg d’enlever une bande cyclable prisée des cyclistes dans le quartier de Williamsburg dans Brooklyn la semaine dernière. Les raisons invoquées pour enlever la bande cyclable sont les suivantes : on prétend que les cyclistes représentaient un danger pour les piétons et les enfants puisqu’ils ne respectaient pas le code de la route, que de précieuses places de stationnements ont été enlevées et surtout que les membres de la communauté étaient exposés à des femmes à vélo un peu trop légèrement vêtues. Rappelons ici que nous serons bientôt en 2010 et que si ces messieurs et peut-être quelques dames décident de regarder des femmes habillées comme il se doit en été, ce sont à ces personnes d’en subir les conséquences selon leurs convictions et non pas les cyclistes. Ces derniers ne sont pas les coupables.

Certains membres de la communauté hassidique ne sont toutefois pas d’accord avec la décision de retirer la bande cyclable qui faisait près de deux kilomètres. Des cyclistes mécontents de la disparition de leur lien cyclable ont d’ailleurs décidé de repeindre la bande. Plusieurs se sont fait « arrêtés » par un groupe de surveillance du quartier, mais aucune accusation n’aurait été portée par la police. D’autres sources indiquent toutefois que des arrestations auraient eu lieu ou que des amendes auraient été distribuées.

Les cyclistes promettent de recommencer si la Ville décide d’enlever à nouveau la peinture. Rappelons qu’un marquage au sol n’est pas une protection à toute épreuve contre les voitures, mais que de délimiter l’espace urbain est juste et d’en réserver un peu aux cyclistes améliore tout de même la sécurité lors des déplacements sur deux roues.

Une randonné à vélo dans le quartier de Williamsburg est prévue ce dimanche afin de protester contre l’action du maire Michael Bloomberg.

Publicités

3 commentaires

  1. démagogie puante !
    Ben oui!, les groupes de pression influents, parce que richissimes et ultra-religieux, méne le maire de New-york par le bout du nez, ce dernier (Bloomberg), est un rigolo dans le sens débile du terme, si c’était la communauté portoricaine pauvre qui lui avait demandé cela, il les auraient
    envoyés se faire foutre, par contre la trés riche diaspora juive de New-york
    là c’est là classe, donc prêtons lui une oreille attentive ………………..
    LAMENTABLE !
    Que la paix et longue vie, soit sur l’équipe qui a repeint les bandes blanche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s