Coût du pétrole : restez ZENN

La voiture électrique prendra la route des vacances cet été au Québec. Dès le 17 juillet, deux véhicules électriques fabriqués dans la belle province obtiendront leur droit de passage sur nos routes. Ne comptez toutefois pas vous rendre très loin rapidement. La vitesse maximale de ces véhicules est de 40 kilomètres à l’heure. Sans parler de leur autonomie limitée et du temps requis pour recharger la batterie.

Nuance : tous les modes de propulsion présentent une autonomie ayant une limite. Celle-ci pourrait être plus courte et répondre entièrement aux besoins de plusieurs. La ZENN (Zero Emission No Noise) prend quatre heures pour se recharger à 80 % selon le constructeur. Il suffit de la brancher la nuit.

Avant de poursuivre, posons-nous cette question : que diable? Un article sur les automobiles dans un blogue sur le vélo? Oui! Mieux vaut ne pas faire l’autruche. La voiture électrique apporte son lot d’avantages et d’inconvénients non seulement pour l’environnement, mais pour les cyclistes également.

Débutons avec les cyclistes. Le principal défaut de la voiture électrique est le peu de bruit qu’elle émet lorsqu’elle roule à basse vitesse. Un cycliste doit bien entendu regarder partout lorsqu’il circule en ville. Or, le bruit des véhicules constitue un précieux indice de ce qui se trouve pas très loin derrière et de ce qui arrive aux intersections. Par contre, la faible vitesse des modèles qui rouleront au Québec peut constituer un avantage lors d’un impact. De plus, comme les conducteurs de ces véhicules seront des gens sensibilisés au respect de l’environnement, on peut espérer qu’ils seront plus vigilants que le conducteur moyen à l’égard des cyclistes.

En ce qui concerne l’environnement, comme le Québec utilise en grande partie de l’hydroélectricité pour répondre à ses besoins énergétiques, l’impact ne sera pas aussi grand que les villes dont l’électricité provient des centrales au charbon, au gaz ou encore des centrales nucléaires.

Who Killed the Electric Car?
Le documentaire Who Killed the Electric Car? de Chris Paine montre comment un véhicule électrique efficace a été commercialisé par GM au début des années 90 avant d’être abandonné et retiré de la circulation. À qui la faute? Les suspects sont nombreux, les coupables aussi. L’acteur Martin Sheen assure la narration de ce documentaire sorti en 2006. Un second opus, Who Saved the Electric Car?, pourrait être réalisé par Chris Paine. On aperçoit sur cette photo de mon écran de télévision le seul cycliste du film.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s