60 minutes au coin de…

Par Dominic Ratthé

En une heure à peine, les policiers auraient pu donner jusqu’à 1380 $ d’amendes et 54 points d’inaptitude à des cyclistes fautifs s’ils avaient fait le guet au coin des rues Rachel et Dézéry/Midway. Vous croyez perdre votre temps en attendant à un feu rouge? Vous venez peut-être sans le savoir d’éviter un allègement indésiré de votre portefeuille.

Quoi de mieux que de passer une heure — le vendredi 16 mai de 16 h à 17 h pour être plus précis — à observer le comportement des cyclistes circulant sur la piste cyclable de la rue Rachel au coin des rues Rachel et Dézéry? Cette dernière se transforme en l’avenue du Midway à partir de Rachel en direction nord. Au coin de ces rues se trouvent un fleuriste, une caisse Desjardins, une crèmerie de même qu’une succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ) située dans le stationnement du Loblaws Angus. Le bilan est plutôt positif même si certains s’entêtent à donner mauvaise réputation aux cyclistes.

Constat le plus important : sur les 248 cyclistes recensés, la vaste majorité aurait pu poursuivre leur chemin sans contravention. Pour leur propre sécurité, par instinct de survie ou dans le seul but de conserver leur compte en banque intact après une simple promenade à vélo, les cyclistes se « tiennent les fesses serrées » lorsqu’il s’agit de se rendre d’un point A à un point B à Montréal. Mais avant de s’attarder aux criminels sur deux roues, voyons ce que cette heure a permis d’observer.

La plupart des usagers de la piste cyclable de la rue Rachel y ont circulé sans sortir à cette intersection (66,13 %). La direction est a semblé plus attirante pour 37,50 % des usagers de la piste alors que 28,63 % ont préféré aller vers l’ouest.

Les adeptes du vélo préfèrent ne pas se faire décoiffer. Ils étaient 51,61 % à bouder le casque au profit du grand air pollué montréalais. Le port du casque était plus populaire en direction est qu’en direction ouest (61,29 %/47,89 %). Enfin, parmi la quarantaine de cyclistes entrés ou sortis de la piste cyclable à cette intersection, 18 portaient un casque.

Criminels sur deux roues

Bon, je vous l’accorde, criminel est un terme un peu fort. Parlons plutôt de contrevenants au Code de la sécurité routière. C’est plus juste, plus bureaucratique et moins accusateur. De toute façon, comme aucune auto-patrouille n’est passée à cette intersection au cours de cette heure, les contraventions qui auraient pu être émises resteront virtuelles.

Le crime le plus grave… pardon, l’infraction qui aurait été la plus désagréable à recevoir pour les fautifs est d’omettre de s’immobiliser à un feu rouge. Selon le Guide de sécurité à vélo (4e édition) produit par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et le ministère des Transports du Québec, cette infraction peut valoir de 15 à 30 $ d’amendes en plus de trois points d’inaptitude. Les 18 contrevenants auraient pu récolter un montant total de 540 $ d’amendes et de 54 points d’inaptitude.

Pour toutes les infractions, les fautifs peuvent écoper de 15 à 30 $ d’amendes. Les montants sont calculés en fonction d’une facture de 30 $. Seize personnes ont circulé sur un trottoir (480 $), cinq ont roulé en sens inverse de la circulation (150 $), cinq ont omis d’emprunter la piste cyclable sur un chemin public (150 $), une a mis des écouteurs tout juste en entrant sur la piste (30$) et une a circulé sans se trouver à l’extrême droite de la chaussée (30$). En fait, ce cycliste circulait également en sens inverse de la circulation et en dehors de la piste cyclable. Ce qui aurait pu lui valoir un total de 90 $ en contraventions.

Cyclistes et automobilistes ont partagé l’espace urbain en toute quiétude et sans accident au cours de cette heure d’observation.

Publicités

3 commentaires

  1. Très intéressant comme recherche. Je te suggère d’aller voir les cyclistes et les insultes qui peuvent pleuvoir sur la piste de Brébeuf 🙂

    À Paris, j’ai entendu des cyclistes engueuler un chauffeur de taxi hier. Mais comme les Français sont en général plus verbaux que les Québécois, c’était donc tout une histoire!

  2. Super bon début. J’adore comment tu te sers de tes photos pour donner un mood, une impression, plus qu’une description froide et plate. J’adore aussi comment t’as fait ta petite enquête sur le coin de rue de façon toute chouette et sympathique, sans prétention.

    Par contre, n’aies pas peur de t’inscrire dans tes reportages, c’est à dire hésite pas à être partie prenante de tes textes, à te mettre en scène. J’ai bien aimé toute la partie statistiques, mais j’aurais aimé savoir comment toi, tu as vécu ça, tes impressions, sensations, émotions. La force d’une chronique, c’est de découvrir l’auteur du texte via ce qu’il écrit. Aussi, hésite pas à parler au monde, à enregistrer leurs commentaires.

    Regarde-moi faire mon gérant d’estrade…

    Ceci étant dit: excellent début. Lâche pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s